Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fil des billets    Fil des commentaires

Mot-clé - Commission

La thèse indécente et obscène de Maître Vergès

Commentaire reçu le 24 août 2020 par Yann Maillard et qui mérite un article circonstancié en réponse.  

Lire la suite


gen_soubelet.jpg

"Tout ce qu'il ne faut pas dire" ; du général Bertrand Soubelet

Le général Bertrand Soubelet.A propos de la sortie prochaine du livre du général de corps d'armée Bertrand SOUBELET ancien directeur des opérations et de l'emploi de la gendarmerie nationale, on se souvient tous de son audition devant les députés de l’assemblée nationale en décembre 2013 mais qui connaît les décisions statutaires qui s'en sont suivies ?Son ouvrage « TOUT CE QU'IL NE FAUT PAS DIRE » est publié aux éditions PLON (14 €), en précommande sur les sites internet et disponible le 24 mars en libraire, sera très certainement intéressant.Bertrand SOUBELET est général de corps d’armée commandant la gendarmerie d’Outre-mer. Il était auparavant n°3 de la gendarmerie nationale ; directeur des opérations et de l’emploi au sein de la direction générale.

Lire la suite


homard_jmm.jpg

Pourquoi le détective Moreau est-il certain que les ADN appartiendraient à des délinquants inscrits au FNAEG ?

Cette affirmation soutiendrait-elle l’hypothèse que la famille aurait payé des voyous pour commettre le crime ? Le détective stipendié par la défense a ouvert de multiples pistes dont celle de Nicole Receveau qui était la femme de ménage de Mme Marchal.

Lire la suite


vices.jpg

Omar Raddad avait-il vraiment des difficultés financières ? Est-ce la raison des demandes d'avances sur salaires à ses employeurs ? Est-ce l'explication du meurtre ?

Dans son audition, Omar Raddad reconnait connaître des difficultés financières qui le contraignaient à demander régulièrement des avances à ses deux employeurs. La fréquentation des prostituées était son explication des retards de loyers impayés ; situation qu'il avait cachée à son épouse Latifa Cherachni.

Lire la suite


revision.jpg

Arrêt de saisine de la Cour de révision

99 REV 012 Décision du 25 juin 2001 Commission de révision des condamnations pénales Saisine de la Cour de révision Demandeur(s) à la révision : M. Omar X...

Lire la suite


R_Agret.jpg

Roger-Marc Moreau recharge sa seringue venimeuse à propos de l’affaire Omar Raddad

Article de Roland Agret. Le 26 mars 2012. Celui qui s’auto proclame « le spécialiste de la contre enquête » et s’érige en « criminaliste » va encore nous épater, c’est certain.

Lire la suite


GH.jpg

OMAR M’A TUER : radiographie d’un aveuglement coupable

Un article de Guy Hugnet (auteur de "Affaire Raddad, le vrai coupable" - juin 2011, éditions Archipel) publié le 15 septembre 2011 dans la revue "Médias" :

Lire la suite


extrait_livre.jpg

Chapitre IV, extrait n°20

L'enquête sur commission rogatoire (.. suite et fin) Les arguties de la défense Ils ne devaient pas avoir beaucoup d’arguments pour clamer haut et fort que le meurtre de Ghislaine Marchal a été commis le 24 au lieu du 23 juin, profitant d’une regrettable faute de transcription. Cela ne mériterait même pas d’être évoqué.

Lire la suite


ecoutel.jpg

Chapitre IV, extrait n°18

L'enquête sur commission rogatoire (...la suite) Les écoutes téléphoniques L’exploitation des écoutes téléphoniques n’a aucun intérêt particulier sur le fond, mais permet de mettre à jour les contacts fréquents de ces personnes avec des journalistes et certains avocats, notamment Me Guidicelli, avocat au barreau de Toulon, dont les conversations ne seront pas retranscrites.

Lire la suite


photo 23

Chapitre IV ; extrait n°16

Enquête sur commission rogatoire (...la suite) Les armes du crime Les blessures de Ghislaine Marchal ont été détaillées, nous l’avons vu, par les experts légistes désignés par la juge d’instruction. Leur monographie nous permet de déterminer la nature des armes utilisées par Raddad.

Lire la suite


peripat.jpg

Chapitre IV ; extrait n°15

Enquête sur commission rogatoire (...la suite) Les prostituées Abordons la fréquentation des prostituées. Cela permet d’apprécier le bon père de famille sous un autre trait qui n’a rien celui-là de télévisuel.

Lire la suite


extrait_livre.jpg

Chapitre IV ; extrait n°14

Enquête sur commission rogatoire (...la suite) Les demandes d'avances (...) Les investigations démontrent que c’est depuis le mois de juillet 1990 qu’apparaît la première mention d’une avance accordée par les deux femmes.

Lire la suite


photo 38

Chapitre IV ; extrait n°13

L'enquête sur commission rogatoire (...la suite) L'impossible mise en scène Il est bien évident que je me suis interrogé sur une possible mise en scène. Je l’aborde dans mon rapport où je m’implique lorsque j’écris : "Les caractères nets, appliqués, non déformés, écrits par une personne lucide et déterminée, excluent toute écriture sous la menace et la contrainte".

Lire la suite


extrait_livre.jpg

Chapitre IV ; extrait n°10

L'enquête sur commission rogatoire L'autopsie Les constatations médico-légales sont fondamentales pour comprendre comment Ghislaine Marchal a été agressée.

Lire la suite


extrait_livre.jpg

Chapitre III ; extrait n°9

L'enquête judiciaire (suite) Les vérifications, encore très fragmentaires, de l’emploi du temps ne confirment pas la longue déposition de Raddad. Il n’est vu ni à la boulangerie ni au Lotus. Cela n’en fait pas nécessairement un coupable mais un suspect dont il conviendra de vérifier point par point les détails de sa déclaration.

Lire la suite