Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fil des billets    Fil des commentaires

Mot-clé - Chamade

Approximations journalistiques et contamination d'acide désoxyribonucléique

La Provence du 5 novembre 2017 informe ses lecteurs que vient de paraître aux Éditions de La Martinière un ouvrage dont le titre est accrocheur et va intéresser les curieux du crime : "Pièces à conviction". Les deux auteurs ont passé au crible les pièces à conviction de 35 affaires criminelles... dont celles du meurtre de Ghislaine Marchal par Omar Raddad.  

Lire la suite


Interview accordée à Télé Locale Provence Lubéron

Réédition du billet initial datant de juin 2011 suite à la disparition de la chaine de télévision "TLP Lubéron" et de son site internet.

Lire la suite


changerdavis.jpg

Omar Raddad ; l'influence nocive des médias

D'un professeur d'histoire-géographie... Dans le cadre des cours d'ECJS de seconde, il y a une thématique intitulée "citoyen et justice ". Dans ce cadre, les élèves découvrent le fonctionnement des institutions judiciaires et celui d'un procès que l'on peut envisager au travers d'une "erreur judiciaire ".

Lire la suite


vsm.jpg

L'affaire Omar Raddad évoquée par une association de criminologie et de prévention

Malgré le mauvais temps, l'association de criminologie et de prévention de Nice, présidée par Monsieur le professeur émérite et avocat Marcel CULIOLI a tenu une réunion le samedi 6 décembre 2014 dans la citadelle de Villefranche-sur-Mer pour évoquer divers sujets et notamment l'affaire MARCHAL ; plus connue sous le nom de l'affaire Omar RADDAD.

Lire la suite


meuble_secretaire.jpg

Qu'en est-il des armes du crime avancées par le détective Moreau ?

Vous qui avez suivi l'actualité effrénée de la presse déroulant le tapis rouge aux avocats de la Défense et aux détectives qu'ils stipendiaient, vous avez effectivement constaté pléthore d'armes du crime. Nous en venons peut-être à bout avec celles présentées par Moreau. Ne pouvant assumer la paternité de l'arme proposée par Naranjo, il fallait bien qu'il en trouvât au moins une ! Cela ne posait aucun problème à notre « criminaliste » ; mais la baudruche se dégonflait aussi vite.

Lire la suite


suspects.jpg

Avez-vous travaillé sur d'autres suspects ?

Dans ce blog il est vrai que je parle plus de Raddad que des autres suspects sur lesquels nous avons travaillé. On évoque toujours plus le suspect que les personnes ayant fait l’objet d’investigations qui les ont écartées de toute responsabilité.

Lire la suite


200709112148_h192.jpg

Omar Raddad n'avait-il vraiment aucun alibi ?

Dans mon ouvrage (Omar l'a Tuée - pages 87 à 100) j'ai développé les vérifications de l'alibi allégué de Raddad et démontré ses contradictions. Je ne vais pas reprendre in extenso ce que j'ai écrit mais seulement synthétiser davantage.

Lire la suite


sacamain.jpg

Quel est le mobile du meurtre ?

Chacun le sait, le fait de donner volontairement la mort à autrui constitue un meurtre. Cela implique que celui auquel ce crime est reproché ait eu la volonté de tuer. C'est l'élément moral des éléments constitutifs de cette infraction. Cette intention homicide dont l'appréciation appartient aux juges, peut s'induire de la circonstance que l'auteur des coups portés et des blessures faites volontairement a fait usage d'une arme dangereuse et frappé la victime sur une partie du corps particulièrement exposée voire sur tout le corps. Elle peut également s'induire de la force avec laquelle les coups ont été donnés.

Lire la suite


manipmed.jpg

J'ai été abusé par les médias

Courriel reçu le 19 décembre 2012 de David D.

Lire la suite


destruction_pelicule.jpg

Qu'en est-il de ces fameuses photographies que vous avez détruites ?

Lors d'une perquisition à La Chamade nous avons saisi un appareil photographique argentique qui se trouvait sur le meuble secrétaire de la chambre de Mme Marchal. Pour les besoins de l'enquête nous avons fait développer la pellicule.

Lire la suite


phorto 18

Quels sont les éléments qui permettent de situer le lieu de l'agression ? Pourquoi Mme Marchal se trouvait-elle dans le sous-sol de sa résidence ?

Je rappelle que la victime a été retrouvée morte, barricadée dans le sous-sol de sa résidence dont la seule porte d'accès était fermée à clé de l'extérieur.

Lire la suite


blocage_porte.jpg

Les deux premiers avocats de Raddad ont avancé la thèse d'une mise en scène. Était-elle possible ?

Avant d'aborder la thèse défendue par les avocats de Raddad il me semble fondamental de porter à votre connaissance les efforts déployés par les gendarmes pour ouvrir la porte du sous-sol.

Lire la suite


page_1.jpg

Procès-Verbal de Transport sur les lieux

Voici le procès-verbal de transport sur les lieux du 18 février 1992.

Lire la suite


photo 38

Qu'en est-il exactement du système de blocage de la porte du sous-sol ?

L'enquête mettait en évidence le rôle important du tuyau métallique et du chevron dans le système de blocage de la porte métallique donnant accès au sous-sol.

Lire la suite


Ghislaine-marchal.png

Que fait Ghislaine Marchal après le départ de son agresseur ?

[Nouvelle rubrique. Introduction à découvrir ICI.] Ghislaine Marchal est enfermée à double tour, seule dans le noir, mortellement blessée. Le sang qui s’écoule de ses plaies imbibe le peignoir ; ses cheveux, son visage s’en imprègnent. Son agonie va durer de 15 à 30 minutes.

Lire la suite


1.jpg

Expertise sur les vêtements de l'inculpé et le chiffon

Vous trouverez ici, sous forme d'images "cliquables" en diaporama (et en .pdf à télécharger en annexe de cet article) une reproduction de l'expertise sur les vêtements portés par l'inculpé et le chiffon réalisée par le laboratoire Serma.

Lire la suite


cadre.jpg

Respect pour l’œuvre d’art « Omar m’a tuer » !

Billet du Blog de Beb'R, daté du 19 septembre 2011.

Lire la suite


photo 16

Chapitre X, extrait n°32

La décision de la cour de révision (...suite) Une mention aura attiré mon attention en ce sens que ces deux experts n’auront pu identifier le scripteur par l’examen des crêtes papillaires dont ils ont constaté la présence sans pouvoir relever les empreintes digitales de leur propriétaire.

Lire la suite


extrait_livre.jpg

Chapitre IV ; extrait n°17

L'enquête sur commission rogatoire (...la suite) Les traces de sédiments Ce même laboratoire retrouvera dans la texture du pantalon et sur les semelles des chaussures de l’inculpé des traces de poussière en corrélation avec les sédiments prélevés dans la cave et recueillis sur le corps de la victime.

Lire la suite