Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fil des billets    Fil des commentaires

Mot-clé - ADN

1.jpg

Expertise sur le taille-haie

Vous trouverez ici, sous forme d'images "cliquables" en diaporama (et en .pdf à télécharger en annexe de cet article) une reproduction de l'expertise sur le taille-haie réalisée par le laboratoire Serma.

Lire la suite


arobase.JPG

Vous en connaissez beaucoup des jardiniers qui ont tué leur employeur ?

Courriel reçu le 22 août 2012 de Eric G.

Lire la suite


R_Agret.jpg

Roger-Marc Moreau recharge sa seringue venimeuse à propos de l’affaire Omar Raddad

Article de Roland Agret. Le 26 mars 2012. Celui qui s’auto proclame « le spécialiste de la contre enquête » et s’érige en « criminaliste » va encore nous épater, c’est certain.

Lire la suite


Sosie_Omar_Raddad.jpg

Naranjo et le sosie

Bernard Naranjo qui, comme Roger-Marc Moreau exploite les bons filons des affaires médiatisées fait à nouveau du vent. Étant provençal donc habitué à mon cher Mistral, cela ne me tourmente pas mais je pense à ceux, et ils sont nombreux, qui ont dû s’exclamer : « Je savais bien qu'il y avait encore des pistes qui n'avaient pas été exploitées ! Ces gendarmes, ces juges sont bien des incapables bornés qui se sont contentés d'un coupable de substitution en la personne de Omar Raddad. »

Lire la suite


bdf.jpg

Dalloz : J.P. Brouillaud vs G. Cenci

Point de vue sur l'affaire « Omar Raddad » par Jean-Pierre Brouillaud, maître de conférence à l'université Lille II.

Lire la suite


arobase.JPG

Je viens de terminer la lecture de votre livre

Je viens de terminer la lecture de votre livre qui relate bien l’honnêteté de votre travail et de votre démarche intellectuelle sur cette affaire. Votre ouvrage remarquable règle définitivement le compte des rumeurs et autres supputations oiseuses. Dès le départ, la culpabilité d’Omar Raddad tombait sous le sens. Le simple détail d’un « Omar m’a tuer » écrit à deux reprises écartait l’hypothèse d’une mise en scène. Quel assassin aurait été assez fou pour prendre le temps de se livrer à un tel travail calligraphique ?

Lire la suite


photo 16

Chapitre X, extrait n°32

La décision de la cour de révision (...suite) Une mention aura attiré mon attention en ce sens que ces deux experts n’auront pu identifier le scripteur par l’examen des crêtes papillaires dont ils ont constaté la présence sans pouvoir relever les empreintes digitales de leur propriétaire.

Lire la suite


adn.jpg

Les empreintes génétiques non exploitables

Le 29 juin 2011, le parquet de Grasse, saisi de l'affaire Omar Raddad, indiquait qu'il n'était pas en mesure d'établir un profil génétique à partir des traces d'ADN retrouvées mélangées au sang de Ghislaine Marchal en 1991.

Lire la suite


photo 24

L'affaire Raddad n'est pas l'affaire Dreyfus

Interview exclusive du site "LePoint.fr" du magistrat Laurent Davenas. Pour le magistrat Laurent Davenas, Omar Raddad reste coupable. Depuis vingt-cinq ans, l'affaire passionne les Français. Tracée sur la porte de la chaufferie avec le sang de la victime, la phrase "Omar m'a tuer" est gravée dans tous les esprits. "Omar m'a tuer", c'est d'ailleurs le titre du film qui vient de sortir. Un plaidoyer pour l'innocence du jardinier marocain, condamné à dix-huit ans de prison pour le meurtre à Mougins de sa patronne, Ghislaine Marchal. Même s'il a été partiellement gracié en 1996 par Jacques Chirac, Omar Raddad reste coupable aux yeux de la justice. L'avocat général à la Cour de cassation Laurent Davenas est celui qui, en 2002, a demandé et obtenu qu'on ne rejuge pas le jardinier marocain. Dans une interview exclusive qu'il accorde au Point, le magistrat réaffirme que la cour d'assises ne s'est pas trompée : Omar Raddad est bien le meurtrier. Un pavé dans la mare.

Lire la suite


photo 1

Les photographies inédites du dossier d'instruction

Voici 45 images inédites du dossier d'instruction à découvrir en diaporama. Il vous suffit pour cela de "cliquer" sur la vignette à consulter.

Lire la suite