Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

"chapitre VII"

Votre recherche de chapitre VII a donné 5 résultats.

Les fourberies de Omar Raddad

Vous qui suivez cette affaire depuis 26 ans avez toujours en mémoire les rebondissements ourdis par la Défense de Omar Raddad (Cf. Chapitres VII & VIII de mon livre) qui s'est déconsidérée en s'associant avec des arsouilles. Tous ont fait le buzz médiatique avant de sombrer dans le ridicule ...qui ne tue plus depuis longtemps et l'autorité judiciaire les classait sans suite. Parmi ces balivernes grotesques une aura défrayé la chronique car elle était de taille : Omar Raddad a été entendu par les gendarmes sans interprète.  

Lire la suite


img56867545.jpg

Chapitre VIII, extrait n°29

La demande en révision (...suite) Les pièces versées par Me Vergès dans sa demande en révision me font penser aux élucubrations, décrétées vérité, propagées dans l’émission diffusée sur Canal + « Le procès K - Omar Raddad ». Elles n’ont pas plus de valeur que les auditions recueillies par le brillant détective. Le parallèle est d’ailleurs saisissant.

Lire la suite


manipop.jpg

Chapitre VIII, extrait n°28

La demande en révision (...suite) Dans sa requête, Me Vergès met en avant les investigations du détective Moreau. Les magistrats qui vont prendre connaissance de ce travail de désinformation ne seront pas dupes que ces faits présentés comme nouveaux ne sont en réalité que des boniments malveillants et incohérents.

Lire la suite


extrait_livre.jpg

Chapitre VII, extrait n°27

Jusqu'où sont-ils allés ! Jusqu'où iront-ils ? (...suite) L’académicien Jean-Marie Rouart est, me semble-t-il, l’exemple type de l’intellectuel sous influence ayant écrit un ouvrage sur cette affaire sans jamais avoir assisté aux débats.

Lire la suite


extrait_livre.jpg

Chapitre VII, extrait n°26

Jusqu'où sont-ils allés ! Jusqu'où iront-ils ? (...) La responsabilité de Roger-Marc Moreau semble entière dans cette grave accusation, qui ne s’appuie sur rien, absolument rien de concret et qu’il est facile de récuser. On déshonore un homme, on salit un fils qui avait des liens plus que filiaux avec sa mère mais peu leur importe, et c’est un des arguments qui sera avancé plus tard dans la demande en révision déposée par la défense du condamné.

Lire la suite