Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fin du grand cirque médiatique ?

690 lectures

Après les échecs retentissants de la défense tels que je les ai énumérés, vous aurez certainement remarqué que le couple MOREAU/NOACHOVITCH s'est montré fort discret depuis l'annonce du procureur général de la cour d'appel d’Aix-en-Provence. Et les journaleux, si empressés et prolixes pour évoquer cette affaire, ne se sont pas trop manifestés à l'exception de quelques lignes, copiées-collées, dans quelques rédactions.

Que va-t-il se passer maintenant ? La défense va-t-elle abdiquer ? Tirer un trait sur les stupidités, absurdités et autres calembredaines qu'elle dispense depuis des décennies ? Non.

Comme hier avec VERGES et son affidé MOREAU, Me NOACHOVITCH toujours accompagnée du même énergumène va-t-elle traverser la Méditerranée pour rechercher au Maroc les moyens pour faire pression si ce n'est sur la justice, sur l'Etat français. Faut-il être à bout d'argument pour en arriver là ! Il est vrai qu'elle n'en a pas plus que VERGES en son temps !

Je me souviens avoir pris note, il y a quelques années de cela, d'articles de certains médias de l'époque démontrant que le pays d’origine du meurtrier s'était impliqué dans la défense de son ressortissant :

  • France-Soir du 31 mai 1994 énonçait que : « le prince MOULAY HICHAM est intervenu en personne dans le dossier ce qui est confirmé par l’ambassade du Maroc à Paris qui précisait que celui-ci a été très sensible à cette affaire… »
  • Libération du 19 octobre 1995 titrait : « la royauté marocaine se divise sur l’affaire Omar » HASSAN II et son neveu s’affrontent en défendant le jardinier… Cette affaire a déclenché une véritable intrigue de palais au Maroc... par avocats et détectives interposés. »
  • Le Monde du 11 mai 1996 énonçait : « le président CHIRAC gracie partiellement Omar RADDAD » … où une bonne manière faite au roi du Maroc, lequel avait chargé Me VERGES de défendre les intérêts de RADDAD, auquel pas moins de 5 agences ont participé aux investigations sous le contrôle d’un détective privé dijonnais. Tandis que son neveu « le prince HICHAM MOULAY soutenait Me BAUDOUX et engageait un détective d’Aix-en-Provence. »
  • Quant à l’Express du 15 mai 1996 il titrait : « Omar Raddad : le troc » au lendemain de la visite du roi HASSAN II en France.

 

 

Cette tentative d'interférence sur le cours de la justice je l’avais aussi relatée dans mon ouvrage lorsque je parlais des écoutes téléphoniques où nous enregistrions des conversations entre ambassade, avocat et Latifa RADDAD. Et j'ai dû écrire quelque part... tant que la source du fric coulerait nous aurons des rebondissements afin que cette affaire perdure. Et elle se pérennisera encore et toujours sauf, si ceux qui tiennent les cordons de la bourse s’aperçoivent - il serait grand temps - qu’on les prend pour des bornés naïfs.

Déjà le 14 mars dernier la rédaction du site "Info" (média marocain d'information) parlait déjà d'un nouveau rebondissement dans l'affaire Omar RADDAD. Et la tête de liste de l’association Dynamic Maroc tenait des propos délirants pour une personne qui se prétend juriste. Elle suit ceux de MOREAU et NOACHOVITCH les maîtres à correctement penser. Elle déclarait que RADDAD avait été condamné seulement à cause de la phrase OMAR M'A TUER. Cela démontre son incompétence juridique et une méconnaissance crasse du dossier. C'est de la manipulation.

Toujours le même jour, "Marocains du monde" rapportait les propos de NAJWA EL-HAITE, porte-parole de l’association Dynamic Maroc. Selon cette piètre juriste, Maître Vergès aurait démenti avoir mis les mains sur la phrase écrite avec le sang de la victime, car la pièce était sous scellé.

Petite précision : lorsque les portes ont été exposées à l'audience, elles étaient recouvertes et protégées par du papier kraft puis celui-ci a été enlevé pour que la cour, les jurés et les parties puissent en prendre connaissance. C'est VERGES lui-même qui avait sollicité du président qu'elles restent ainsi exposées pour les besoins de sa démonstration et de sa plaidoirie. Les portes n'étaient donc plus sous scellés ! Quelle absurdité ! Les photographies sur internet sont suffisamment démonstratives en ce sens.

Et "Tel quel" autre organe de presse marocain nous apprend que la juriste de renom à l'analyse si fine et personnelle déclarait que :  « dès l’annonce des résultats de la contre-expertise, elle se rendra au Maroc avec maître NOACHOVITCH pour y donner une conférence de presse ».

Suite donc au prochain cirque médiatique.

 

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Robin Robin ·  22 mars 2019, 13:59

Bonjour M Cenci.
Le problème des défenseurs de M Raddad, c'est qu'on ne peut pas brasser de l'air indéfiniment. 28 ans que ça dure, et ils n'ont pas dégagé une seule piste sérieuse et exploitable. Au contraire, elles se referment toutes définitivement et de plus en plus vite, et la thèse que vous avancez depuis longtemps apparaît, elle, de plus en plus solide à chaque examen. On ne serait pas étonné de les voir un à un quitter le navire en toute discrétion.
Finalement, sauf coup de théâtre exceptionnel, la seule chose de valable qui pourrait arriver maintenant serait qu'il avoue publiquement. Au point où on en est, les gens s'étant un peu distanciés de cette affaire, cela ne ferait probablement même pas beaucoup de vagues. Beaucoup trop de personnalités se sont impliquées dans sa défense et auraient du mal à reconnaître leur erreur.

Marjenka2 Marjenka2 ·  14 mai 2019, 10:47

Et pendant ce temps le sémillant Roger-Marc MOREAU, spécialiste du bourrage de mou continue de parader, outre sur les médias, mais également sur son site facebook et autres, appuyé dans ses thèses par sa tribu de niais ( ses) en tous genres, ou mercantiles comme lui et avide de gloire à tout prix .... soutenu également par le tout aussi sémillant Karl Zero ( et autre journaleux peu scrupuleux)... 

Georges Cenci Georges Cenci ·  21 mai 2019, 08:32

Bonjour Marjenka.
Je constate que vous suivez toujours les exploits médiatiques de l'escroc. Vous ne le changerez pas, un escroc est un escroc à vitam eternam et les medias sont friands de ce genre d'individus. Et de ce fait provoquent de nouvelles victimes dont se gave le sémillant Moreau comme vous l'exprimez.
Bien sûr, les niais, les imbéciles suivent cet attrape-couillons (pardonnez mon expression méridionale...) et certains auxiliaires de justice l'utilisent pour tenter de berner la justice. A mon sens ils ne font que se ridiculiser mais, toute honte est si vite bue dans la mesure où les clients affluent au cabinet.
La justice est pour ces gens-là un business (raison pour laquelle mon webmaster n'a pas publié le lien promotionnel que vous nous avez fait parvenir dans votre commentaire d'origine).
Bien amicalement.

Marjenka2 Marjenka2 ·  20 juin 2019, 14:17

Bonjour Monsieur Cenci,

Oui, bien sûr, l'escroquerie intellectuelle de cet individu, ainsi que l' imbécilité des médias et des gens lambdas sont tellement énormes que cela vaut son pesant d'or de suivre ça !!!!

Rien que ces temps-ci sur sa page Facebook, il ressort des vieilles vidéos de 1994 en se faisant passer pour le sauveur de la vérité dans cette triste histoire !

Et on peut y voir tout un tas de benêts et benêtes lui coller des "likes" admiratifs tant et plus !

C' est affligeant ! .... Pauvre type qui passe son temps à mentir et en plus à donner de fausses adresses .... Y compris dans le cadre de procédures contre lui !!!

Combien de nouveaux pigeons seront-ils encore piégés avec ça ???
Et combien ont ou auront le courage de dénoncer leur mésaventure ???

Bien à vous.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

Pourquoi ment-il ; sinon parce qu'il est coupable ?

Courriel reçu de "Sarra" ; le 1er Aout 2019.

Lire la suite

Nouvelles confidences de Denis Bigot

Courriel reçu le 20 juillet 2019, de Denis Bigot, ancien Directeur de la Maison d'Arrêt de Grasse.  

Lire la suite