Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fin de la sinistre comédie ?

158 lectures

Lors de son point presse mensuel du 4 mars 2019 le procureur de la République de Nice réaffirmait que la preuve positive était impossible. Irréalisable car les scientifiques ne peuvent en l'état actuel des connaissances différencier des empreintes génétiques mélangées en fonction de leur date d'apparition sur les portes et le chevron : traces déposées antérieurement, concomitamment ou postérieurement au meurtre.

Je suis en plein accord avec ce magistrat qui ne faisait que reprendre l'arrêt de rejet de la demande en révision prononcé le 20 novembre 2002 par la cour de révision des condamnations pénales dont je vous rappelle les termes.

- Attendu que, si la découverte d’empreintes génétiques masculines sur les deux portes servant de support aux inscriptions accusatrices, ainsi que sur le chevron, constitue un élément nouveau, il est impossible de déterminer, à quel moment, antérieur, concomitant ou postérieur au meurtre, ces traces ont été laissées ;

- Attendu que de nombreuses personnes ont pu approcher les pièces à conviction avant le meurtre et, faute de précautions suffisantes, après celui-ci ; que, dès lors, serait privée de pertinence toute recherche complémentaire sur les empreintes génétiques découvertes, comme sur celles qui pourraient l’être par de nouvelles investigations.

Le magistrat précisait que ces objets avaient été manipulés par des dizaines de personnes, y compris à l'audience où on voyait Me VERGES redessiner avec son doigt sur les lettres de OMAR M'A TUER. Sans commentaire !

Mais l'occasion m'est donnée de rappeler que c'est ce diablotin de nos salles des pas perdus de nos cours d''assises — là où il excellait — qui avait demandé au président de la cour d'assises de laisser exposer les portes pour les besoins de sa plaidoirie et de sa démonstration (pages 250 et 251 de "OMAR L'A TUEE – vérité et manipulations d'opinions")

Celles et ceux qui suivent cette affaire ne manqueront pas de remarquer que c'est la thèse que je défends depuis la date du crime.

Le 4 mars la conclusion de l'expertise était-elle connue de M. Jean-Michel PRETRE, le procureur de la République de Nice ? Quoiqu'il en soit, il laissait au procureur général de la cour d'appel d'Aix-en-Provence le soin de communiquer sur le résultat de la demande de la défense de RADDAD. Je suppose qu'en évoquant ce dossier lors de son point presse il le connaissait.

 

 

Celui-ci mettra-t-il un terme à cette sinistre comédie ?

La famille de Ghislaine MARCHAL pourra-t-elle enfin faire véritablement son deuil ? 28 ans après le meurtre !

Je remarque que, contrairement à leur habitude, le sémillant enfumeur Roger-Marc MOREAU et la dernière avocate en date du meurtrier de Ghislaine MARCHAL ne s'étaient pas manifestés après la communication du procureur. Bizarre !

Pas de MOREAU, pas de NOACHOVITCH mais une banderole communautariste de l'association ''Dynamic Maroc'' déployée le mardi 12 mars devant le palais de justice de Nice. La porte parole de l'association qui a lancé une pétition est Najwa El Haïte, maire adjoint d'Evry-Courcouronnes, chargée de la culture et juriste.

Juriste ? A ce titre, elle devrait savoir que la génétique ne représente qu'un élément tout à fait nécessaire mais insuffisant pour se substituer à l'enquête avec ses recoupements, ses vérifications et autres auditions etc.

Cela n'avait pas échappé à Laurent DAVENAS, l'avocat général qui avait, dans ses observations devant la cour de révision des condamnations pénales, déclaré, je cite : « Rien ne vient donc aujourd’hui jeter un doute sur une enquête fouillée et sans parti pris ni sur une instruction à charge et à décharge qui avaient rassemblé suffisamment d’indices pour que dans le "silence et le recueillement", les jurés de la cour d’assises des Alpes-Maritimes se forgent une intime conviction ».

Vers quel nouveau subterfuge les casteliers de la marionnette Omar RADDAD vont-ils se lancer pour occuper l'espace médiatique où ils bernent les pigeons qui les écoutent et ceux qui leur posent des questions médiatiquement correctes... cela va de soi !

Malgré les comités de soutien de bobos conduits par Jean-Marie ROUART, le romancier bâtisseur d'innocence qui se prenait pour ZOLA ; le film à la gloire du meurtrier ; les documentaires fallacieux où l'on jetait en pâture les versions farfelues des charlatans stipendiés par la défense ; les gros titres et les articles pompeux et trompeurs de la presse écrite se laissant volontairement abuser par les avocats et leurs prétendus détectives d'opérette sans en vérifier l'authenticité ; les pétitions ; la désinformation omniprésente depuis 1991 ; les intrigues ; les manigances ; les machinations orchestrées par les avocats et leurs affidés; l'odieuse accusation de racisme visant le président de la cour d'assises et les jurés ; les prétendues enquête bâclée et instruction à charge.

La justice ne se sera pas laissée berner.

J'avais écrit dans mon ouvrage avant que la cour de révision des condamnations pénales ne se prononce : « par quel moyen la justice pourrait-elle se laisser berner par un MOREAU ». Vous savez le margoulin aux méthodes marginales et aux procédés mafieux de la délinquance en col blanc ... celui qui prétend avoir fait innocenter RADDAD !

En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif, en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué un femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS était réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent l'autre est coupable.

Bien évidemment je ne manquerai pas de revenir vers vous dès que seront officiellement connus les résultats de l'expertise.

 

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

Fin du grand cirque médiatique ?

Après les échecs retentissants de la défense tels que je les ai énumérés, vous aurez certainement remarqué que le couple MOREAU/NOACHOVITCH s'est montré fort discret depuis l'annonce du procureur général de la cour d'appel d’Aix-en-Provence. Et les journaleux, si empressés et prolixes pour évoquer cette affaire, ne se sont pas trop manifestés à l'exception de quelques lignes, copiées-collées, dans quelques rédactions. Que va-t-il se passer maintenant ? La défense va-t-elle abdiquer ? Tirer un trait sur les stupidités, absurdités et autres calembredaines qu'elle dispense depuis des décennies ? Non.

Lire la suite

Affaire Omar Raddad : le procès en révision s'éloigne après de nouvelles auditions et analyses

Quelle surprise mes amis ! Je n'arrête pas de le dire et de l'écrire. Le 21 février 2018 je mettais en ligne sur ce blog l'article suivant intitulé : Encore un nouveau flop pour Omar Raddad et ses défenseurs. Pas plus tard que hier je laissais entendre que c'était la fin de la sinistre comédie ? Je concluais cet article en mentionnant que je reviendrai vers vous dès que le procureur général aura officiellement communiqué sur ce dossier. C'est chose faite.  

Lire la suite