Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Affaire Omar Raddad : le procès en révision s'éloigne après de nouvelles auditions et analyses

2058 lectures

Quelle surprise mes amis !

Je n'arrête pas de le dire et de l'écrire. Le 21 février 2018 je mettais en ligne sur ce blog l'article suivant intitulé : Encore un nouveau flop pour Omar Raddad et ses défenseurs. Pas plus tard que hier je laissais entendre que c'était la fin de la sinistre comédie ? Je concluais cet article en mentionnant que je reviendrai vers vous dès que le procureur général aura officiellement communiqué sur ce dossier. C'est chose faite.

 

Selon Libération : « De nouvelles auditions et analyses ADN ordonnées dans l'affaire Omar Raddad n'ont rien donné, éloignant la perspective d'un procès en révision de l'ancien jardinier marocain, condamné pour le meurtre de Ghislaine Marchal, en 1991 à Mougins, a-t-on appris jeudi auprès du parquet général d'Aix-en-Provence. »

L'article nous apprenait que : « le fils de la femme de ménage de Mme Marchal et l'ex-compagnon de la fille de la femme de ménage ont été entendus avant noël, précisait à l'AFP le procureur général Robert GELLI, qui avait accepté en 2018 certaines demandes d'investigations de l'avocate de M. RADDAD, Me Sylvie NOACHOVITCH».

Le procureur général stipulait que :  « Rien ne permet de faire un lien entre eux et le meurtre. L'un n'était même pas sur la région, et surtout, la comparaison d'empreintes a été totalement négative". Un laboratoire avait été chargé de comparer leurs empreintes avec des traces ADN inconnues prélevées sur l'une des portes où ont été retrouvées des inscriptions avec le sang de la victime. Son rapport est tombé en janvier».

Dans un récent courrier à l'avocate, M. GELLI a donc conclu qu'il n'y avait plus lieu de faire d'autres vérifications.

Est-ce pour autant la fin de l'enquête ? M. GELLI rappelait « pour qu'un procès en révision ait lieu, il faudrait identifier quelqu'un comme étant susceptible d'avoir commis les faits à la place du jardinier. Il peut toujours y avoir des éléments qui interviennent mais aujourd'hui, à ce stade, il n'y a pas d'éléments à mes yeux qui permettent d'aller dans ce sens. Les vérifications objectives ont été faites », estimait le magistrat.

Me Noachovitch « voulait pousser plus loin et qu'on fasse des études de probabilités sur les empreintes identifiées sur la porte et les recoupements avec d'autres sources. Mais, sauf à ce qu'elle me convainque une nouvelle fois, je ne suis pas certain que ça permette d'apporter quelque chose et cela ne m'apparaît pas probant », ajoutait-il !

C'est pas aujourd'hui que RADDAD va faire risette !

Voilà qui explique le silence sidéral de MOREAU et NOACHOVITCH à la suite de la communication du procureur de la République de Nice.

 

 

N'oubliez jamais la conclusion de mon article du 13 mars 2019.

 

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Marjenka2 Marjenka2 ·  15 mars 2019, 19:25

Bonsoir Monsieur Cenci,

Bravo ! Vous êtes le meilleur ! Comme je le pense depuis le début !

Flop, flop, flop et re-flop, pour ceux qui comptaient se faire valoir une fois de plus dans les médias qui ne vérifient même pas le pédigrée de certains vantards, menteurs et escrocs médiatiques (d'ailleurs grâce à eux !) qu'ils interrogent ou invitent dans leurs émissions à grand renfort de courbettes aussi ridicules que stupides ! .....

Il est certains que les deux cités ne vont pas tout de suite se manifester et préfèrent rester dans un silence abyssal, mais sans mesurer le coté dérisoire de leurs interventions et surtout de leur suffisance méprisante dans ce triste dossier, où, comme vous l'aviez déjà fait remarquer, il semblerait que la victime ait été oubliée ...

Mais il est aisé pour le diable de faire feu de tout bois et d'enflammer les foules dont la stupidité n'a d'égale que la sécheresse cérébrale ...

Tout mon profond respect et mon amitié.

Robin Robin ·  18 mars 2019, 20:44

Félicitations M Cenci, vous aviez vu juste.

Cependant, si vous me permettez un peu d'ironie, pas de précipitation.

En effet, ces auditions et analyses ont probablement été aussi bâclées que l'ont été l'enquête et le(s) procès ! On ne peut que se demander ce que la "partie adverse" va pouvoir avancer maintenant, ou si ils vont abandonner. A moins qu'ils ne se décident enfin à explorer la piste Freddie Mercury? Il y a quand même une certaine ressemblance.


J'arrête ces plaisanteries, avant que cela ne leur donne des idées.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

L'ironie et le sarcasme révèlent le vide de l'ignorance !

Le pseudo "s0hff" a posté le 21 septembre 2021 le commentaire suivant suite à mon billet intitulé : '' Entre délires obsessionnels et charlatanisme''.  

Lire la suite

L’AFFAIRE OMAR M’A TUER ; Du procès judiciaire au procès médiatique

Émilie Valmier-Rocheblave a soutenu un mémoire en Master 2 communication juridique, sociologie du droit et de la justice sur l'affaire du meurtre de Ghislaine Marchal. Volontairement, la soutenante ne débat pas sur la culpabilité ou l'innocence de Omar Raddad mais se concentre exclusivement sur les aspects médiatiques de cette affaire. Je tenais à la féliciter pour l'excellence de son analyse qui lui a valu la note de 15/20.  

Lire la suite