Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Motivation de la peine dans les verdicts de cours d'assises

1067 lectures

Dans son dernier ouvrage intitulé "Coulisses judiciaires" (Janzé, Coëtquen Editions, 2017), Frédéric Valandré a longuement étudié la réforme du 10 août 2011 (loi n° 2011-939, article 353, appliquée depuis le 1er janvier 2012), ses aspects positifs et ses limites...

 

Il vient également d'écrire un article sur Médiapart.fr en rapport avec cette réforme où il fait référence à la condamnation d'Omar Raddad :

La condamnation d’Omar Raddad à dix-huit ans de prison pour le meurtre de sa patronne Ghislaine Marchal par la cour d’assises des Alpes-Maritimes (Nice, le 2 février 1994) aurait mérité, elle aussi, une petite explication de texte : cela aurait évité à certains commentateurs peu scrupuleux d’écrire que si le jardinier marocain n’a pris « que » dix-huit ans et a bénéficié de circonstances atténuantes, c’est parce qu’il y avait des doutes sur sa culpabilité au sein du jury – oubliant au passage que le sieur Omar ne risquait pas la perpétuité car il n’y avait pas eu préméditation, et que la condamnation était conforme aux réquisitions de M. l’avocat général Bernard Farret, ayant réclamé une peine entre dix-sept et vingt ans de réclusion.

 

 

 

Lire l'intégralité de l'article sur Mediapart.fr

 

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Frédéric Valandré Frédéric Valandré ·  01 mai 2018, 04:43

Bonjour M. Cenci,

Je vous remercie grandement d'avoir relayé mon dernier billet de ce samedi, et d'avoir redonné les références de mon dernier ouvrage.

Passez un excellent 1er mai !
Cordialement,
Frédéric Valandré.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

Trente ans après, les soutiens d'Omar Raddad persistent… et les accusateurs aussi

Un article de Théo Moy, publié le 10 juillet 2021 sur "Marianne"   Trente ans après le meurtre de Ghislaine Marchal, le dossier Omar Raddad électrise toujours les débats entre les défenseurs du jardinier, qui espèrent une révision du procès, et des accusateurs plus discrets mais toujours convaincus.  

Lire la suite

L’ADN peut-il innocenter Omar Raddad ?

Un article de Aziz Zemouri du 23 juin 2021, publié par "Le Point".   L’avocate de la défense a fait savoir qu’une empreinte génétique masculine inconnue présente sur la scène serait susceptible de rouvrir une enquête vieille de 30 ans.  

Lire la suite