Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Lettre ouverte à Monsieur Denis Bigot

2450 lectures

Le 27 septembre 2017, vous avez posté sur ce blog en votre ex-qualité de directeur de la maison d'arrêt de Grasse où Omar Raddad était détenu une information selon laquelle celui-ci vous aurait avoué qu'il avait bien tué Mme Ghislaine Marchal.

 

C'est effectivement un véritable scoop.

 

 

Si, à ce jour, quiconque ne s'est manifesté directement sur ce blog pour s'étonner de la tardiveté de l'information, bon nombre de personnes s'en sont inquiété auprès de moi. Les questions portent essentiellement sur la date des faits que vous relatez et en fonction de celle-ci si vous avez informé, selon le cas, le juge d'instruction ou le procureur de la République.

Je connaissais partiellement cette information et je l'avais d'ailleurs relayé dans mon ouvrage. Mais j'ignorais les aveux de Omar Raddad.

Pour lever toute ambiguïté, je vous remercie, Monsieur Bigot, de bien vouloir préciser votre témoignage.

 

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

L'ironie et le sarcasme révèlent le vide de l'ignorance !

Le pseudo "s0hff" a posté le 21 septembre 2021 le commentaire suivant suite à mon billet intitulé : '' Entre délires obsessionnels et charlatanisme''.  

Lire la suite

L’AFFAIRE OMAR M’A TUER ; Du procès judiciaire au procès médiatique

Émilie Valmier-Rocheblave a soutenu un mémoire en Master 2 communication juridique, sociologie du droit et de la justice sur l'affaire du meurtre de Ghislaine Marchal. Volontairement, la soutenante ne débat pas sur la culpabilité ou l'innocence de Omar Raddad mais se concentre exclusivement sur les aspects médiatiques de cette affaire. Je tenais à la féliciter pour l'excellence de son analyse qui lui a valu la note de 15/20.  

Lire la suite