Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les fourberies de Omar Raddad

1163 lectures

Vous qui suivez cette affaire depuis 26 ans avez toujours en mémoire les rebondissements ourdis par la Défense de Omar Raddad (Cf. Chapitres VII & VIII de mon livre) qui s'est déconsidérée en s'associant avec des arsouilles. Tous ont fait le buzz médiatique avant de sombrer dans le ridicule ...qui ne tue plus depuis longtemps et l'autorité judiciaire les classait sans suite.

Parmi ces balivernes grotesques une aura défrayé la chronique car elle était de taille : Omar Raddad a été entendu par les gendarmes sans interprète.

 

Les quelques lignes qui suivent en démontrent l'irréalité. Omar Raddad a été mis en examen par la juge d'instruction Sylvaine Arfinengo du Tribunal de Grande Instance de Grasse qui, après l'interrogatoire de première comparution, l'inculpait d’homicide volontaire et délivrait un mandat de dépôt avec ordonnance de placement en détention à la maison d'arrêt de Grasse.

Nous sommes le 27 juin 1991. Raddad se soumet, comme tout détenu, à l'établissement de sa fiche d'écrou ; laquelle réserve quelques surprises. (cliquez pour agrandir)

 

 

Je détiens ce document depuis cette année-là et je n'en ai jamais fait mention. Je viens de la retrouver dans mes archives personnelles.

Qu'y lit-on ? Que Omar Raddad est francophone ; que la langue parlée est le français ; qu'il est illettré.

Après les six officiers de police judiciaire de la gendarmerie, la juge Arfinengo et sa greffière c'est au tour d'un fonctionnaire de l'administration pénitentiaire d'indiquer qu'il parle le français. Peut-être s'était-il adjoint un interprète ?

 

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

Violation de domicile et violation du secret de l'instruction

Pour avoir lu en son temps Paris-match ; vous savez "le poids des mots, le choc des photos", un passionné de l'affaire Omar Raddad m'a posé dernièrement une question sur les possibilités d'accès au sous-sol, autrement appelé "cave". Je lui ai promis de mettre mon explication en ligne.  

Lire la suite

page_1.jpg

Procès-Verbal de Transport sur les lieux

Voici le procès-verbal de transport sur les lieux du 18 février 1992.

Lire la suite