Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Omar Raddad : "Je l'ai bien tuée"

4927 lectures

Nouveau commentaire publié directement sur le site Amazon.fr concernant l'ouvrage de Jean-Marie Rouart : « La construction d'un coupable ».

Un avis qui pourrait valoir les autres, mais celui-ci est signé de Monsieur Denis Bigot (ancien directeur de la maison d'arrêt de Grasse à l'époque de l'incarcération d'Omar Raddad) qui nous avait déjà fait parvenir un courriel nous expliquant comment le meutrier de Madame Marchal était passé aux aveux ; en privé.

 

OLTaveu.jpg

 

Ouvrage désolant.

Cet intellectuel a déifié un coupable ! Des dizaines de hauts magistrats ont étudié, EUX,
et des années durant, le dossier sur le fond. Tous sont parvenus aux mêmes conclusions.
Raddad est bien coupable des faits qui lui étaient reprochés.

L'enquête, le dossier judiciaire, mené par un directeur de recherche criminelle hors pair, le capitaine CENCI, est un bijou de précision et de scrupuleux respect des procédures requises par la loi dans la recherche (tous azimuts) de la Vérité.

Désolé pour ce journaliste, membre de l'Académie française. il aurait mieux fait de poursuivre la mélodieuse articulation des MOTS, sa spécialité, en tous points remarquables au demeurant, se détachant ainsi, définitivement, des écrits qu'il commit concernant Omar RADDAD lesquels MOTS ont entraîné chez certains, de vrais honnêtes hommes, eux, des MAUX incicatrisables, parce qu'attentatoires à leur conscience professionnelle, leur dignité et leur honneur.

Monsieur Rouart n'a même pas eu un simple regard objectif pour ces gendarmes aux compétences reconnues dans la recherche criminelle.
Sait-il le mal qu'il a fait? NON !

Ancien directeur de la maison d'arrêt où il était incarcéré, je suis probablement la seule personne à qui Omar Raddad a confié, un jour, seul à seul au cours d'un entretien: "je l'ai bien tuée".

Denis Bigot 

 

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Monique Monique ·  27 novembre 2018, 14:07

Bravo pour cette critique Monsieur Bigot.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

L’AFFAIRE OMAR M’A TUER ; Du procès judiciaire au procès médiatique

Émilie Valmier-Rocheblave a soutenu un mémoire en Master 2 communication juridique, sociologie du droit et de la justice sur l'affaire du meurtre de Ghislaine Marchal. Volontairement, la soutenante ne débat pas sur la culpabilité ou l'innocence de Omar Raddad mais se concentre exclusivement sur les aspects médiatiques de cette affaire. Je tenais à la féliciter pour l'excellence de son analyse qui lui a valu la note de 15/20.  

Lire la suite

Affaire Raddad : Le mirage de l’innocence ?

Version actualisée avec l'aimable autorisation de Jean-Michel VERNE. À en croire ses avocats et ses soutiens, l’affaire Omar Raddad pourrait rebondir au vu de la découverte de nouvelles traces ADN. Mais l’enquête de gendarmerie contrecarre le spectre de l’erreur judiciaire.  

Lire la suite