Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Henri Leclerc : mais quels Mémoires !

179 lectures

Extrait de l'article paru sur le site web de Philippe Bilger, le 1er septembre 2017 ; concernant la parution des mémoires de Maître Henri Leclerc.

Celui-ci écrit :

Enfin j'avoue avoir ressenti une satisfaction toute particulière en lisant l'appréciation sans fard ni circonvolutions d'Henri Leclerc sur l'évidente culpabilité, pour lui, d'Omar Raddad. Le comble est que j'ai lu des critiques favorables sur son ouvrage qui lui reprochaient tout de même d'avoir osé soutenir ce point de vue contre, paraît-il, l'opinion dominante soutenant son innocence. Au nom de quoi, on ne sait pas. Le piquant est qu'Henri Leclerc a été l'avocat de la partie civile dans le procès à Nice mais qu'on prétendait cependant lui opposer des fantasmes médiatiques et un académicien se prenant pour Zola et s'étant vanté de n'avoir assisté à rien !

 

...Lire l'intégralité de l'article de Philippe Bilger sur : "Justice au Singulier".

 

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

Me Henri Leclerc répète sa conviction qu'Omar Raddad est coupable.

Cette intime et forte conviction semble surprendre le journaliste de l'Obs, Mathieu Delahousse qui nous révèle sous sa plume que Me Henri Leclerc publiait ses mémoires. ("La parole et l'action : itinéraire d'un avocat militant" aux éditions Fayard). Le journaliste évoque le parcours de Me Henri Leclerc, un des plus illustres avocats pénalistes de sa génération à l'instar de Me Georges Kiejman.

Lire la suite

L'affaire "Omar m'a tuer" : une inscription en lettres de sang le désigne comme meurtrier

Un article publié le 10 février 2014 par Djama Kamel, Médecin légiste libéral assermenté El Harrouch - Skikda - Algérie.   Presque 20 ans jour pour jour, débutait une des affaires judiciaires les plus médiatisées en France. Le meurtre de Ghislaine Marchal, une veuve richissime de 65 ans, défrayait la chronique dans le pays cannois. Omar Raddad, jardinier de la victime, est inculpé et condamné à 18 ans de réclusion criminelle, notamment à cause d’une inscription en lettres de sang retrouvée sur une porte de la chaufferie, qui le désigne comme le meurtrier. Mais est-il vraiment coupable ? Pour la justice, oui, mais pour bon nombre de personnes il subsiste beaucoup de zones d’ombre sur cette affaire. Au-delà du contexte judiciaire, cette affaire fera planer les spectres de la politique, du racisme et de l’erreur judiciaire.

Lire la suite