Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Une thèse "Master II" à contre-courant de la mode médiatique

1679 lectures

Le 26 avril 2014, Camille Delforge postait sur Facebook un commentaire que je reprenais, avec son autorisation, sur le site Omar l'a tuée. Cette très jeune et charmante étudiante en Master II avait pris la décision d'étudier un procès d'assises pour en faire un exposé. Elle ne s'abandonnait pas à la facilité puisqu'elle s'attaquait à une montagne : l'affaire Omar Raddad ; qu'elle titrait intelligemment « l'affaire Ghislaine Marchal ».

Il aurait été facile pour elle de se contenter d'aller dans le sens du vent, de suivre les thèses aussi absurdes qu'ineptes les unes que les autres soutenues par les nombreux avocats du condamné (c'est une vedette, j'en ai dénombré 14).
Mais non ! Camille Delforge a soutenu sa thèse en s'inspirant du dossier de l'information judiciaire. Chacun appréciera le courage de cette étudiante qui a choisi un sujet de thèse à contre-courant de la mode médiatique et qui a su, avec succès, l'étudier en profondeur et le traiter de manière complète et intéressante devant un public généralement prévenu et très critique.
En effet, lors de son argumentation, son auditoire était, comme elle, composé de futurs juristes. La tâche allait être ardue voire périlleuse lorsque l'on connaît les effets pervers de la manipulation de l'opinion publique qui a profondément marqué les esprits même les plus cartésiens.
Il fallait relever le gant. Elle l'a fait semble-t-il avec brio puisque son exposé lui a valu l'excellente note de 16/20.
Nul doute qu'elle connaissait son sujet.

image1.jpg

Aujourd'hui, elle nous communique en quelques lignes son ressenti. Je tiens à la féliciter et lui souhaite un bel avenir dans la filière "Carrières juridiques et judiciaires" qu'elle a choisie et tout le bonheur qu'elle mérite. Mes félicitations iront aussi à son équipière.

Voici ce qu'elle m'écrit :

« Commençons par le commencement. Mon amie et moi avons donc exposé mi-Juin, et avions choisi une salle de projection, histoire de pouvoir travailler sur différents supports visuels. Nous avions également fait en amont une longue préparation papier, avec les emplois du temps comparés des différents protagonistes, deux grands arbres généalogiques, l'un pour Omar Raddad, l'autre pour Ghislaine Marchal, une grande frise reprenant les différents procès et les grands moments judiciaires de l'affaire.
Nous nous sommes principalement servi d'un Powerpoint, que j'ai réalisé en grande partie avec l'aide de votre livre, et grâce aux photographies de la cave prises sur votre site internet http://omarlatuee.free.fr .
Cela m'a permis de donner du poids à mon travail et d'avancer selon une trame, l'affaire étant tellement vaste !
Je n'arrivais d'ailleurs à supprimer aucune partie de votre réflexion ! L'exposé a duré plus de 2h30, hautement plébiscité par notre auditoire qui dit avoir été subjugué puisqu'ils n'ont pas vu le temps passer ! Un beau compliment.
Nous avons donc exposé minutieusement, non sans parti pris puisqu'il m'était difficile d'être neutre, tant les arguments précieux trouvés dans votre ouvrage me sont apparus comme une vérité pleine et entière. Non pas comme lorsqu'on croit à l'invisible, mais comme une réalité qui est là devant nos yeux. Il suffit simplement de les ouvrir !

La reconstitution que nous souhaitions faire n'a pas eu lieu, pour la simple et bonne raison que nous manquions cruellement de temps ! Le moment marquant a sans doute été celui qui clôtura notre exposé, puisque nous avions organisé un vote secret, qui nous permettrait de savoir si notre exposé avait été suffisamment convainquant, ou plutôt si tous le arguments avancés avaient permis d'éclairer notre public et de lui forger un avis.
MALHEUREUSEMENT... Et je l'écris en GRAND, le public a refusé le vote. Trop difficile de se prononcer selon eux, quelques éléments restant sombres soit disant... Le manque de temps peut-être, qui ne nous a pas offert la possibilité d'ouvrir un débat sous forme de questions/réponses ?J'avais pourtant fait le tour de la question, répondant à chaque argument comme il se doit. Tous ont été unanimes sur un point, si le doute est encore permis, aucune personne de l'auditoire ne pouvait renier que l'enquête judiciaire fût de très haut niveau, non bâclée comme on a pu lire un peu partout. Que rien ne fut laissé au hasard. Cette réflexion est une vraie satisfaction pour moi, tant votre investissement dans l'affaire m'a touchée. La quête de vérité, le combat d'une vie...

J'ai passé un temps fou à décrédibiliser la parole des différents avocats de la défense et autres détectives... Et la tâche ne fut pas facile, tant les médias avaient fait un travail remarquable même au sein d'une classe de juristes. Mais finalement, usant des différentes condamnations judiciaires, j'ai commencé à gagner du terrain dans l'esprit de l'auditoire...
Un long plaidoyer s'est engagé sur le film. J'ai alors dénoncé ce qui était pourtant flagrant, un film à parti pris, sans un quelconque approfondissement, puisqu'il est clair qu'il n'y a aucun contre argument. S'en dégage une histoire où le spectateur versera sa petite larme, poignante de sentiments forts tant le jeu d'acteur est à la hauteur, ou poignante de désolation pour n'importe quel curieux aguerri de cette affaire.

image3.jpg

La note m'a été annoncée il y a deux semaines, 16/20, ce qui est une très bonne note pour des élèves de Master 2. Je suis ravie d'avoir réussi à lever des idées reçues et de m'être forgée une intime conviction aussi forte, et bien sûr, aussi marquante dans ma vie d'étudiante.

Enfin, j'ai choisi de projeter une apparition télévisée où vous apparaissiez ; qui est pour moi la réponse la plus pertinente aux questions que l'assemblée qui se tenait devant moi se posait encore.
Malheureusement nous n'avons pas pu avoir un débat derrière, la faculté fermant ses portes (il était plus de 20h30 !). J'ai invité les personnes curieuses à visiter votre site internet, et dans l'idéal à lire le livre.
Nous avons rendu notre écrit deux semaines plus tard, nous inspirant de tout ce que nous avions lu un peu partout, mais surtout d'Internet ! J'ai conscience que l'écrit est un parti pris absolu, ne pouvant me contenir quant à la révolte qui me submerge quand j'entends ou lis des choses que certaines personnes sortent, des contrevérités plus grosses les unes que les autres. La justice des hommes a été rendue, et je ne suis pas assez cartésienne pour ne pas avoir l'intime conviction que la justice divine aura sa place également, quand les cœurs et la raison parleront à la place des bouches.

image2.jpg

Je n'ai plus qu'à vous remercier pour le temps que vous m'avez accordé, pour la patience que vous avez eu quant au temps qu'il m'a fallu pour rédiger ceci !
Je vous joints quelques photos qui ont été prises spécialement à votre attention.
Nul doute que cet investissement qui a été le mien dans cet exposé laissera à jamais une trace dans mon existence. Je prônais déjà le détachement des idées reçues, j'ai une nouvelle fois eu la confirmation que c'est la clé de la réussite, si l'on veut cheminer vers la vérité.
Je reste évidemment à votre disposition pour toutes sollicitations, et au plaisir de vous lire rapidement.
Bien Cordialement, Camille ».

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

AnneJulie AnneJulie ·  10 janvier 2015, 07:39

Bonjour,

Peut on lire cette thèse quelque part ?

Georges Cenci Georges Cenci ·  11 avril 2015, 18:41

Bonjour

Je reçois votre commentaire trois mois après. Je ne me l'explique pas et je vous demande de bien vouloir m'en excuser. Je vais solliciter mon webmaster d'en rechercher la cause.
J'ai mis en ligne l'exposé que Camille Delforges m'a transmis et je n'ai rien d'autre comme document. Mon webmaster, qui a entretenu une correspondance avec elle, va la contacter et lui demander si elle consent à diffuser sur ce site, l'écrit qu'elle a remis à la faculté après son exposé.
Je vous tiens informée.
Cordialement

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

Les cours d'assises de France

Vous visitez le site omarlatuee.free.fr car vous êtes intéressés par l'affaire Omar Raddad et désirez approfondir votre connaissance de ce dossier. L'occasion m'est donnée, pour les personnes qui s'interrogent sur la procédure devant une cour d'assises, de mettre en ligne le remarquable travail d'un avocat du barreau d'Avignon, Maître Maurice Fagot.

Lire la suite