Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'année 2013 décline peu à peu

2405 lectures

Nous enfouirons dans le plus profond de notre cœur les souvenirs de joies et d'heureux événements. Nous essaierons d'oublier nos peines et nos fatidiques tourments.

En ce qui me concerne, moi qui suis déjà l'heureux arrière-grand-père de ma tendre Eva, 2014 devrait me combler avec la naissance d'une seconde arrière-petite-fille ! Ou un arrière-petit-fils !

A mon fidèle webmaster sans lequel ce site n'existerait pas ;
Aux visiteurs parvenus sur ce site d'information par pure coïncidence ;
A tous ceux qui me suivent sur les réseaux dits sociaux ;
A mes fidèles lecteurs qui m'ont accompagné tout au long de 2013 (vous avez été plus de 20 000 à consulter ce site d'informations).
je vous remercie bien sincèrement.

fetes.jpg

Je tenais à vous souhaiter un Joyeux Noël
et vous présenter cordialement Mes Meilleurs Vœux pour la nouvelle année 2014.

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

L'AFFAIRE DUPONT DE LIGONNES : la secte et l'assassin

Guy Hugnet, journaliste spécialisé dans les enquêtes scientifiques et les affaires criminelles, collabore au Point et à Sciences et Avenir. Il est l'auteur de plusieurs livres, dont psychotropes : l'enquête et Affaire Raddad : le vrai coupable (l'Archipel, 2011 et 2015)  

Lire la suite

tronfig.jpg

TRON/RADDAD : les méthodes ambiguës de la Défense

Les médias qui couvrent le procès devant la cour d'assises de Seine-Saint-Denis de Georges Tron et Brigitte Gruel pour viols et agressions sexuelles sur deux plaignantes rendaient compte à leurs lecteurs que le président de ladite cour considérant que la sérénité des débats n'étant plus assurée et ayant été mis en cause sur twitter renvoyait le dossier à une session ultérieure. Que s'est-il donc passé ? Pour quelles raisons la cour d'assises aura cédé aux demandes de renvoi de la défense ? C'est assez rare pour être souligné.  

Lire la suite