Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Qu'en est-il de ce couteau trouvé dans le port de Cannes ?

3505 lectures

Après « l'arme du crime » de Patricia Goodland-Clark et Vergés il fallait bien que le détective Bernard Naranjo, œuvrant pour Me Baudoux, avance la sienne. Mais notre brillant limier aura entre-temps ouvert une piste italienne (Le Midi Libre) ; qui est morte de mort... naturelle ! Passons.

Revenons à ce couteau. Bernard Naranjo à la fin septembre 1995, photographes et journalistes l'accompagnant bien évidemment, apportait aux gendarmes ce qu'il appelait l'arme du crime : un couteau retrouvé dans le port de Cannes par l'ex-concubin de Liliane Receveau. (Le Parisien)

On remarquera au passage que chaque détective exploitera au mieux des intérêts des avocats respectifs qui les mandataient, la piste Liliane Receveau/Pablo Cortes-Mateo : Naranjo avec « l'arme du crime » découverte dans le port de Cannes ; Moreau avec « les siennes » dont je vous entretiendrai dans un prochain billet. Bien entendu Moreau ayant eu du retard sur Naranjo pour « fondre » sur Cortes-Mateo, il ne pouvait plus faire état de l'arme de son concurrent. Qu'à cela ne tienne ! Chacun profitait qu'il y avait « de l'eau dans le gaz » entre Liliane Receveau et son ex-concubin.
Cela faisait beaucoup « d'armes du crime » !

bn.jpg

Naranjo, lorsqu'il était entendu par les gendarmes de la section de recherches de Marseille, déclarait que ce couteau lui avait été remis par Pablo Cortes-Mateo. Il soutenait que cet ustensile, qui manquait à La Chamade, avait été trouvé, cinq à six jours après le meurtre, dans les rochers du port de Cannes où le couple Receveau/Cortes-Mateo avait pour habitude de se promener.
Évoqué dans l'enquête préliminaire de la section de recherches de Marseille, je vous passe sous silence la prétendue disparition d'un épluche-légumes de La Chamade. Mais cela aussi faisait « long feu », cet ustensile ne pouvant convenir comme arme du crime.
Les auditions recueillies par les gendarmes annihilaient cette thèse invraisemblable notamment en raison du délai entre la révélation de la découverte du couteau et la date de sa remise à Naranjo soit 4 ans après. La lecture des procès-verbaux officiels permettait de se faire une idée précise sur cet ustensile : il était découvert incidemment par Cortes-Mateo alors qu'il recherchait une gourmette perdue par une de ses connaissances ; couteau qu'il gardait au restaurant où il travaillait et qu'il remettait, à sa demande, à Naranjo... qui en faisait l'arme du crime.

Cortes-Mateo précisait aux gendarmes, le 9 octobre 1995 (pièce 17 – PV 1469/95) qu'en aucun cas il n'avait vu Liliane Receveau jeter ce couteau où il l'avait trouvé ; excluant qu'il puisse être l'arme du crime.

Naranjo déclarait (audition du 21 septembre 1995) qu'il travaillait toujours pour le neveu du roi du Maroc, par l'intermédiaire de Me Baudoux et qu'il était payé à partir des informations qu'il ramenait pour cet avocat.

C'est cela aussi l'"affaire Omar Raddad" !

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

GM.jpg

Qu'en est-il de cette fameuse piste de l'Ordre du Temple Solaire ?

Il faut remonter dans le temps et se plonger dans le réquisitoire de l'avocat général devant la Cour de révision des condamnations pénales qui évoquait brièvement quelques péripéties dont la Commission de révision avait fait litière, notamment la piste suisse que les détectives d'opérette avaient lancée avec la complicité d'une certaine presse mercantile.

Lire la suite

meuble_secretaire.jpg

Qu'en est-il des armes du crime avancées par le détective Moreau ?

Vous qui avez suivi l'actualité effrénée de la presse déroulant le tapis rouge aux avocats de la Défense et aux détectives qu'ils stipendiaient, vous avez effectivement constaté pléthore d'armes du crime. Nous en venons peut-être à bout avec celles présentées par Moreau. Ne pouvant assumer la paternité de l'arme proposée par Naranjo, il fallait bien qu'il en trouvât au moins une ! Cela ne posait aucun problème à notre « criminaliste » ; mais la baudruche se dégonflait aussi vite.

Lire la suite