Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Quel crédit apporter à tous ces évènements qui ont fait sensation dans les médias ?

1346 lectures

Celles et ceux qui ont suivi cette affaire à travers le prisme de la médiatisation ont pu constater qu'en matière de faits nouveaux sensationnels on n'y est pas allé avec le dos de la cuillère, et lésiné sur les moyens !

beurk.jpgCes avatars aussi stupides qu'absurdes voire malveillants sont l’œuvre, pour la plupart, des détectives Bernard Naranjo et Roger-Marc Moreau mandatés par les avocats successifs de la Défense. Le premier souci majeur de ces individus-là n'était pas, vous l'aurez compris, de rechercher la vérité !

Quels sont donc ces évènements qui ont fait la Une de l'actualité : La manipulation de l'opinion publique commençait très tôt avec la prétendue manipulation des jurés par le président de la Cour d'assises ; successivement, nous aurons en lumière – il aime ça – Vergés et l'arme du crime de son témoin surprise, Patricia Goodland-Clark, nous venant des antipodes ; un deuxième Omar du nom de Popov puis les mises en cause de Alain Villas-Boas, Liliane Receveau et Christian Veilleux. Cela n'y suffisant pas, la découverte de la prétendue arme du crime dans le port de Cannes allait faire sensation mais, pour ne pas être en reste, l'autre Rouletabille de service proposait un coupe-papier. Tout étant classé sans suite par la justice, c'est celui que j'appelle le tonton providentiel (l'oncle de Raddad, Mimoun Barkani) qui y allait de ses confidences médiatiques lesquelles ne convainquaient même pas les avocats de son neveu. Puis, le fin du fin de la complicité avocato-médiatique nous invitait sur les plateaux de télévision dans les coulisses de l'Ordre du Temple Solaire avant que n'apparaisse miraculeusement un sosie d'Omar. Entre-temps, les écoutes téléphoniques mettaient en évidence une connivence entre plusieurs personnes qui, de par leur attitude, avaient tenté de berner la justice.

Toutes ces gesticulations furent rejetées après enquêtes officielles de la Justice. Des parties civiles se sont constituées et ont obtenu réparation. Des jugements et arrêts de condamnation les ont fustigées.

Des auteurs tels Guy Hugnet ou Maître Dominique Inschauspé les tançaient également ou encore Philippe Bilger qui, dans un billet mis en ligne sur ce site, évoquant le livre de Guy Hugnet, écrivait :

« Il faut lire les pages consacrées au détective Roger-Marc Moreau, à ses étranges procédés, à ses dérives intellectuelles et aux transgressions et indélicatesses sanctionnées qui ont jalonné son parcours. Son collègue Bernard Naranjo ne vaut guère mieux sur le plan de ses capacités et de sa fiabilité ! »

Je ne pouvais pas trouver plus belle conclusion que celle de Philippe Bilger pour décrire ces deux personnages et leurs méthodes. Vous jugerez à la lecture des billets à suivre quel crédit il convient d'accorder à ces histrions qui exploitent le bon filon des affaires judiciaires médiatisées.

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

GM.jpg

Qu'en est-il de cette fameuse piste de l'Ordre du Temple Solaire ?

Il faut remonter dans le temps et se plonger dans le réquisitoire de l'avocat général devant la Cour de révision des condamnations pénales qui évoquait brièvement quelques péripéties dont la Commission de révision avait fait litière, notamment la piste suisse que les détectives d'opérette avaient lancée avec la complicité d'une certaine presse mercantile.

Lire la suite

meuble_secretaire.jpg

Qu'en est-il des armes du crime avancées par le détective Moreau ?

Vous qui avez suivi l'actualité effrénée de la presse déroulant le tapis rouge aux avocats de la Défense et aux détectives qu'ils stipendiaient, vous avez effectivement constaté pléthore d'armes du crime. Nous en venons peut-être à bout avec celles présentées par Moreau. Ne pouvant assumer la paternité de l'arme proposée par Naranjo, il fallait bien qu'il en trouvât au moins une ! Cela ne posait aucun problème à notre « criminaliste » ; mais la baudruche se dégonflait aussi vite.

Lire la suite