Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pourquoi le détective Moreau est-il certain que les ADN appartiendraient à des délinquants inscrits au FNAEG ?

2351 lectures

Cette affirmation soutiendrait-elle l’hypothèse que la famille aurait payé des voyous pour commettre le crime ?

Le détective stipendié par la défense a ouvert de multiples pistes dont celle de Nicole Receveau qui était la femme de ménage de Mme Marchal.

Il se trouve que cette personne avait à l’époque un amant du nom de Pablo Cortes-Mateos peut-être en délicatesse avec la justice. C’était rêvé pour tenter de manipuler la justice et berner l’opinion.
Cette piste, comme les autres, farfelue, était classée sans suite après l’enquête réalisée par la section de recherches de la gendarmerie de Marseille. Mais les avocats s’y accrochent toujours car il ne leur reste plus grand chose pour que perdure cette fructueuse affaire.
La mise en cause de Liliane Receveau et Cortes-Mateos était par la suite écartée par la commission de révision puis la cour de révision.

Ceci étant rappelé, il convient de noter que le fameux détective, depuis condamné dans cette affaire pour diffamation publique, aurait entendu Pablo Cortes-Mateos sans interprète alors que les gendarmes de la section de recherches de Marseille ont dû y avoir recours pour procéder à son audition. (pièces n° 17 et 28 - PV1469/95 BT Cannes).
En remarquant aussi que tous les actes du sieur Moreau dont s'est servi Vergés, si l'on peut appeler ces torchons des "actes", ne sont pas signés par ceux qui sont sensés avoir déposé. Sans commentaire !

homard_jmm.jpg

Quant à la famille ce serait lui faire une offense de plus que de penser qu’elle a voulu se débarrasser d’un de ses membres. La mise en cause de Christian Veilleux, le fils de Mme Marchal, était écartée par la commission de révision puis par la Cour de révision.
Plusieurs procès en diffamation étaient intentés et gagnés par la partie civile notamment à l‘encontre de :

  • Christophe Dechavanne ;
  • VSD et deux de ses journalistes ;
  • l'original et fourvoyé Jean-Marie Rouart, pseudo-Zola qui s’était inspiré de l’enquête mercenaire de Moreau ;
  • Roger-Marc Moreau lui-même, ce justicier de pacotille qui s'illustre par ses méthodes et ses procédés singuliers, dont le parcours est jalonné d'improbités et souvent en délicatesse avec la Justice depuis que, tout jeune, il « exerçait » le métier de détective privé. A sa manière !

Quant à l'inscription des empreintes génétiques au Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques, il convient de se reporter sur ce blog à la rubrique « actualité » : les empreintes génétiques non exploitables.

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

GM.jpg

Qu'en est-il de cette fameuse piste de l'Ordre du Temple Solaire ?

Il faut remonter dans le temps et se plonger dans le réquisitoire de l'avocat général devant la Cour de révision des condamnations pénales qui évoquait brièvement quelques péripéties dont la Commission de révision avait fait litière, notamment la piste suisse que les détectives d'opérette avaient lancée avec la complicité d'une certaine presse mercantile.

Lire la suite

meuble_secretaire.jpg

Qu'en est-il des armes du crime avancées par le détective Moreau ?

Vous qui avez suivi l'actualité effrénée de la presse déroulant le tapis rouge aux avocats de la Défense et aux détectives qu'ils stipendiaient, vous avez effectivement constaté pléthore d'armes du crime. Nous en venons peut-être à bout avec celles présentées par Moreau. Ne pouvant assumer la paternité de l'arme proposée par Naranjo, il fallait bien qu'il en trouvât au moins une ! Cela ne posait aucun problème à notre « criminaliste » ; mais la baudruche se dégonflait aussi vite.

Lire la suite