Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un paquet d'éléments contre Omar ont été soigneusement dissimulés dans les médias

2390 lectures

Courriel reçu le 2 décembre 2012 de Sabine.

Bonjour,
Je viens de lire d'un trait votre passionnant livre "Omar l'a tuée".
Avant cela, ma première impression était déjà qu'il était coupable.
Mais maintenant, je me rends compte qu'un paquet d'éléments contre Omar ont été soigneusement dissimulés dans les médias, et que les arguments à la Rouart et à la Vergès ne se basent sur rien.
J'ai également vu le film "Omar m'a tuer" de Roschdy Zem, et très franchement sans être grossière, ce film est un ramassis de conneries qui se base sur du parti pris médiatique, et qui ne reprend que les détails mensongers et non justifiés tendant absolument à nous faire croire à l'innocence de Omar.
Si tous les gens manipulés par les médias lisaient votre livre, il serait coupable à 100% dans les sondages.
Vous devriez organiser le tournage d'un film intitulé : "Omar n'est pas que innocent au cinéma". Vous feriez un malheur.
Par contre étant bien persuadée de la culpabilité de Omar, je me suis quand-même posé une question.
Je suis bien d'accord preuve à l'appui que seule Ghislaine Marchal avait pu se barricader de l'intérieur de la cave, mais vous dites quand-même que dans l'hypothèse inverse, il y aurait eu du sang sur la porte de la cave.
Vous allez sûrement me trouver simplette ou débile, mais pourquoi le diabolique meurtrier n'aurait-il pas juste avant de sortir de la cave : essuyé les mains avec un kleenex, puis posé par terre un vieux journal de l'autre côté de la porte de la cave qu'il aurait préalablement mis dans sa poche pour ne pas tacher le sol puisque planifié ce scénario diabolique, ensuite posé ses pieds chaussés sales sur le journal, puis refermé la porte de la cave, puis placé le tube métallique, puis enlevé ses chaussures sales et en chausser des propres (qu'il aurait emmenées puisqu'il a tout prémédité), puis ressuyé ses mains avec un kleenex, et enfin embarqué chaussures et kleenex usagés dans un sac et fiché le camp puis détruit toutes les preuves, et ainsi ne laisser aucune trace de sang à partir de la porte côté sortie cave ?
Cette question va sûrement vous faire marrer, mais je ne suis pas "flic", et je me demande ce qui m'échappe ou ce que j'ai raté.
Merci encore !

abominable.jpg

(photomontage)

Bonjour.
Je viens de lire votre commentaire et je dois vous avouer que j'ai ri de bon cœur. Cela fait du bien surtout un dimanche. Ne m'en veuillez pas, je ne me moque pas mais votre scénario est tellement original qu'il a provoqué chez moi une hilarité irrépressible. Bon, je reprends mon sérieux.

Je n'imagine pas un esprit diabolique préparer un tel scénario. Même Hitchcock ne vous suivrait pas ! Les esprits ô pourtant créatifs de Vergès ou de Baudoux n'ont pas dû y penser non plus. Mais vous allez peut-être donner des idées à l'auto-proclamé criminaliste du café de commerce, Roger-Marc Moreau ou Bernard Naranjo celui qui lave plus blanc que blanc !
Restons concret, pourquoi le meurtrier mettrait-il en place un tel système de fermeture ; car tout se résume à cela ? Fermer à clé la porte n'était-il pas suffisant ! Pourquoi perdre du temps à imaginer et installer un tel dispositif ; qui a montré ses limites car il était impossible à mettre en place de l'extérieur (cf. le procès-verbal de transport sur les lieux du 18 février 1992). Le meurtrier qui aurait conçu ce scénario aurait dû aussi amener avec lui un chevron et un tuyau métallique. Je vous laisse imaginer !
Rien ne vous aura échappé. On peut échafauder beaucoup d'hypothèses mais faut-il que cela « colle » au dossier.

Je vous remercie de m'avoir lu. Votre bilan comparatif de mon ouvrage avec le nanar de Roschdy Zem prouve que ce dernier s'inscrit dans le prolongement de la manipulation de l'opinion publique. Cependant, il ne résiste pas à l'analyse que l'on peut extraire de la lecture de mon ouvrage ; qui n'est pas une fiction.
Votre commentaire me donne l'occasion d'énoncer à nouveau cette citation de Jean Jaurès « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques »'.
Elle s'applique à Vous.
Avec mes félicitations et mes hommages respectueux.

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

Pourquoi ment-il ; sinon parce qu'il est coupable ?

Courriel reçu de "Sarra" ; le 1er Aout 2019.

Lire la suite

Nouvelles confidences de Denis Bigot

Courriel reçu le 20 juillet 2019, de Denis Bigot, ancien Directeur de la Maison d'Arrêt de Grasse.  

Lire la suite