Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Qu'en est-il de ces fameuses photographies que vous avez détruites ?

1415 lectures

Lors d'une perquisition à La Chamade nous avons saisi un appareil photographique argentique qui se trouvait sur le meuble secrétaire de la chambre de Mme Marchal. Pour les besoins de l'enquête nous avons fait développer la pellicule.

Le laboratoire de Cannes que nous requérions nous remettait les 11 tirages et la pellicule. Comme je l'écrivais dans un procès-verbal spécifique :

«... Ces photographies n’apportent aucun élément positif au dossier. Elles représentent diverses vues de La Chamade où apparaissent, sur deux d’entre-elles, deux femmes d’une cinquantaine d’années. Cette saisie n’étant plus nécessaire à la manifestation de la vérité, avec l’accord de M. Renard, doyen, substituant Mme Arfinengo, nous procédons ce jour 9 août 1991 à 13 h, à leur complète destruction ainsi qu’à celle de la pellicule. Cette opération a été effectuée en présence du maréchal des logis-chef José Alcaraz, officier de police judiciaire à la brigade de recherches de Cannes, qui signe avec nous le présent procès-verbal. Fait et clos à Cannes, le 9 août 1991 à 13 h 15. »

Sur ces fameuses photographies il y avait donc tout simplement deux honorables dames que même le grand Jacques Vergès aurait eu du mal à soupçonner de meurtre. Quoique ! C’était effectivement une thèse de plus à défendre.
Aurait-il alors accusé Mme Francine Pascal, aurait-il accusé Mme Colette Koster, d’avoir transpercé, éventré et égorgé leur amie Mme Marchal ?!
Voilà les identités des deux personnes qui figuraient sur ces photographies. Voilà pourquoi Jean-Paul Renard m’avait demandé d’appliquer l’alinéa 3 de l’article 97 du Code de procédure pénale qui dispose :

« Avec l’accord du juge d’instruction, l’officier de police judiciaire ne maintient que la saisie des objets et documents utiles à la manifestation de la vérité ».

destruction_pelicule.jpg

Mais à quelle date ces photographies ont-elles été prises ? Vous pouvez évidemment vous poser la question ! Il y a une forte probabilité que ces photographies aient été prises le mercredi précédant le meurtre soit le 19 juin. Ce jour-là, Mme Marchal avait invité à déjeuner Mmes Pascal et Koster. En effet, lorsqu’elle est entendue dans la soirée du 24 juin 1991, Francine Pascal déclarait au gendarme Guillaume :

« La dernière fois où j’ai vu Mme Marchal c’était mercredi dernier où je me suis rendue chez elle pour déjeuner. J’étais d’ailleurs en compagnie de Mme Koster et d’une dame belge amie de Mme Koster, que je ne connais pas. »

La moitié d’une silhouette non identifiable d’une femme brune et corpulente, vêtue d’un chemisier orange et d’une jupe blanche, apparaissait en effet sur une des photographies. Certainement une meurtrière sanguinaire !

Ces photographies n'avaient donc aucun intérêt pour l'information judiciaire. Je n'ai rien caché puisque j'ai rédigé, conformément au code de procédure pénale, un procès-verbal de destruction administrative qui était acté. Peut-être aurais-je dû les remettre au fils de la victime ! Mais on me l'aurait aussi reproché ! Avec le recul je conviens qu'il eut été préférable de les placer sous scellés.

Maître Vergès allait-il au cours du procès faire feu de tout bois et me reprocher une destruction de preuves ?
Comme cet avocat a été taiseux une grande partie du procès, comptant sur le verbiage de sa plaidoirie, il abordait le sujet mais sans me demander l'identité des personnes qui figuraient sur ces photographies. Pourtant ne proclamait-il pas qu'elles étaient sans nul doute intéressantes. Il était logique que les parties et notamment la défense me demandent qu’elles étaient les personnes qui y figuraient. J’attends toujours la question !
Il aura fallu attendre la parution de mon livre pour que je révèle les identités !

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

GM.jpg

Qu'en est-il de cette fameuse piste de l'Ordre du Temple Solaire ?

Il faut remonter dans le temps et se plonger dans le réquisitoire de l'avocat général devant la Cour de révision des condamnations pénales qui évoquait brièvement quelques péripéties dont la Commission de révision avait fait litière, notamment la piste suisse que les détectives d'opérette avaient lancée avec la complicité d'une certaine presse mercantile.

Lire la suite

meuble_secretaire.jpg

Qu'en est-il des armes du crime avancées par le détective Moreau ?

Vous qui avez suivi l'actualité effrénée de la presse déroulant le tapis rouge aux avocats de la Défense et aux détectives qu'ils stipendiaient, vous avez effectivement constaté pléthore d'armes du crime. Nous en venons peut-être à bout avec celles présentées par Moreau. Ne pouvant assumer la paternité de l'arme proposée par Naranjo, il fallait bien qu'il en trouvât au moins une ! Cela ne posait aucun problème à notre « criminaliste » ; mais la baudruche se dégonflait aussi vite.

Lire la suite