Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Qu'en est-il exactement du système de blocage de la porte du sous-sol ?

2521 lectures

L'enquête mettait en évidence le rôle important du tuyau métallique et du chevron dans le système de blocage de la porte métallique donnant accès au sous-sol.

Madame Marchal utilisait trois objets qui se trouvaient à proximité : un lit pliant, un chevron et un tuyau métallique. Elle réalisait un système efficace en glissant le tube métallique sous la porte et le plaçait en appui sur le chevron. Elle tirait un lit à roulettes sur ce système. Si le mécanisme tuyau/chevron allait prouver son extrême efficacité, il n‘en était pas de même du lit qui n’aura eu qu'un rôle négligeable.

photo 38Le 18 février 1992, au cours d’un transport de justice, le juge Jean-Paul Renard démontrait que le système de fermeture mis en place par Ghislaine Marchal n’était pas réalisable par un tiers voulant faire croire à une mise en scène.
Ce qui permettait de conclure que seule la personne qui a mis en place ce système a pu écrire les messages accusateurs. Et cette personne était Ghislaine Marchal.

La Cour de révision ne s'y trompait pas en rejetant ce moyen et établissait que la victime était bien l’auteur des inscriptions.

Pour l'essentiel :

- Attendu que la requête soutient qu’il était possible, pour quelqu’un quittant la cave, de mettre en place le système de blocage de la porte, le tube placé sur le lit ayant pu, après être tombé au sol, bloquer à son tour la porte ;
- Attendu que, cependant, une telle hypothèse s’oppose à la réalité, tout d’abord parce que le seul poids du lit pliant ne rend pas compte de la résistance du système de blocage à la poussée conjuguée de deux gendarmes lors de la première tentative d’ouverture, et ensuite parce que le tube métallique ne peut à lui seul être à l’origine d’un second blocage de la porte, son diamètre étant inférieur à l’espace entre le bas de la porte et le sol de la cave ; que ce tube empêchait donc l’ouverture parce qu’il avait été placé très précisément contre le chevron trouvé sur les lieux, de manière à faire office de cale ;
- Attendu que la reconstitution effectuée lors de l’instruction préparatoire a démontré que le système de blocage supposait la mise en œuvre des trois éléments, tube, chevron et lit, ce qui est confirmé par les constatations sur le sol, sur le tube ainsi que sur le chevron ; que toutes les tentatives effectuées par la défense, pour démontrer que la mise en place du système de blocage était réalisable par une personne quittant la cave, ont échoué ;
- Attendu que le requérant ne fait que remettre en question cet ensemble de constatations, sans apporter aucun élément nouveau ;
- Attendu que, par ailleurs, l’examen en lumière rasante de la porte de la chaufferie a révélé la présence de caractères évanouis dont certains, désignant "OMAR", ont été tracés sous les inscriptions visibles et dont d’autres complètent l’inscription "OMAR M’A T" ; que cette découverte, loin d’accréditer la thèse d’un scripteur autre que la victime, est au contraire propre à établir que celle-ci était bien l’auteur des inscriptions.

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

DavidD DavidD ·  09 décembre 2012, 21:08

C'est le huis clos à la Agatha Christie ou à la Rouletabille. Outre l'influence médiatique, c'est ce côté huis clos, victime enfermée, qui a joué le plus sur les esprits. Mais, dans un huis clos de polar, il y a des questions: comment le tueur est-il entré? Comment est-il sorti? Ici, il n'y en a pas de question sur le meurtrier. Le questionnement porte d'office sur la vie de la victime après l'agression. Je viens de laisser un message sur "Que fait-elle après...?", mon premier, parce que c'est pour moi le plus important et je trouve que le déroulement : négligence de l'assassin enfermant à clef sa victime, première transcription, effort pour se barricade, deuxième transcription dans l'obscurité, a une puissance de persuasion considérable. Pour ce qui est de l'impossibilité de fermer à clef de l'extérieur, je ne sais pas si c'est inutile pour détourner les soupçons ou si c'est impossible. Je ne suis ni expert et un texte écrit ne remplace pas une reconstitution suivie. Moi, ce qui tend à me convaincre, c'est que c'est un fait que la défense au sens le plus large n'a jamais proposé un modèle télévisuel en marge du procès prouvant que c'était réalisable. On ne voit alors pas pourquoi l'assassin, malgré une supposée préméditation, aurait battu tout le monde sur ce terrain-là. L'absence de sang souvent évoquée pour parler d'une mise en scène me paraît plus fortement encore se retourner aussi contre l'idée d'une mise en scène. Un assassin veut marquer les esprits, que tout paraisse naturel. Je constate que les avocats de la défense ne se sont pas entendus sur cette idée de mise en scène, ce qui est également très éloquent. Je cherche maintenant une toute dernière chose, c'est sur l'écriture sur les deux portes. Pour moi, j'estime que l'écriture ressemble bien de manière frappante à celle de la victime, mais alors le débat pour ou contre la préméditation doit porter sur le caractère imitable de l'écriture de madame Marchal dans une situation aussi particulière. C'est vraiment la dernière chose sur laquelle je souhaite des éclaircissements. Quant à la seconde arme, sa disparition, si ce n'est pas le taille-haie, n'a rien d'impossible de toute façon. Merci.

Bob Bob ·  13 janvier 2013, 16:41

Personne n'a vu le blocage d'origine puisque les gendarmes l'ont bouleversé e entrant.
La question du blocage n'a pas fait l'objet d'une étude scientifique approfondie par un expert en mécanique ou en matériau qui aurait pu apporter une réponse plus fiable aux jurés. Le chevron n'est évoqué que le 26 juin par le gendarme Gervais, les deux premiers gendarmes n'ont pas évoqués la présence du chevron.
Source : Police-scientifique.com

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

GM.jpg

Qu'en est-il de cette fameuse piste de l'Ordre du Temple Solaire ?

Il faut remonter dans le temps et se plonger dans le réquisitoire de l'avocat général devant la Cour de révision des condamnations pénales qui évoquait brièvement quelques péripéties dont la Commission de révision avait fait litière, notamment la piste suisse que les détectives d'opérette avaient lancée avec la complicité d'une certaine presse mercantile.

Lire la suite

meuble_secretaire.jpg

Qu'en est-il des armes du crime avancées par le détective Moreau ?

Vous qui avez suivi l'actualité effrénée de la presse déroulant le tapis rouge aux avocats de la Défense et aux détectives qu'ils stipendiaient, vous avez effectivement constaté pléthore d'armes du crime. Nous en venons peut-être à bout avec celles présentées par Moreau. Ne pouvant assumer la paternité de l'arme proposée par Naranjo, il fallait bien qu'il en trouvât au moins une ! Cela ne posait aucun problème à notre « criminaliste » ; mais la baudruche se dégonflait aussi vite.

Lire la suite