Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Réquisition O.P.J. et examen de levée du corps

4698 lectures

Par réquisition de l'Officier de Police Judiciaire, le Docteur Page procède à l'examen de levée de corps de Madame Ghislaine Marchal...
(Document original disponible en téléchargement au format .pdf en pièce-jointe de cet article)

leveecorps.jpg

Je soussigné, docteur Gérard Page, médecin expert près les tribunaux de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence, réquisitionné par Monsieur Cenci Georges, adjudant-chef de la BR de Cannes avec pour mission de :

- Procéder à l'examen du corps de Madame De Renty Ghislaine, veuve Marchal, gisant dans la chaufferie de sa résidence sise à Mougins, 502/22 impasse Saint Barthélémy , villa la Chamade dans le but de déterminer la cause, les circonstances de sa mort et faire toutes observations utiles.
Certifie avoir accompli personnellement ma mission le 24 juin 1991 entre 20 heures et 22 heures.

  • Le corps est dans la chaufferie à plat ventre ;
  • Le peignoir de bain (seul vêtement) est retroussé jusqu'à la taille ;
  • Le corps est complètement nu en dehors de ce peignoir ;
  • Les pieds sont nus. Les pantoufles sont retrouvées à proximité ainsi qu'un appareil dentaire (pivot) qui est retrouvé à l'extérieur de la chaufferie à proximité d'une petite flaque de sang ;
  • Dans la position où l'on a retrouvé le cadavre on remarque que les cheveux sont imprégnés d'une grande quantité de sang coagulé ;
  • Les deux mains sont ensanglantées. La main gauche est mutilée (la 1ère phalange du majeur est en partie écrasée et presque détachée du doigt) ;
  • Au niveau du membre inférieur gauche on note que les orteils du pied sont le siège d'éraflures superficielles. On note de multiples taches de sang au niveau de la partie postérieure de la cuisse. On note deux plaies par arme blanche de 2cm de large l'une sur le 1/3 externe de la cuisse à peu près verticale ; l'autre au niveau du 1/3 interne, horizontale, également de 2cm de large ;
  • Au niveau du membre inférieur droit, multiples éraflures à la base du gros orteil. Le dos du pied est également le signe de multiples éraflures superficielles. Le genou est également le siège de multiples ecchymoses et éraflures. On note enfin un hématome au niveau de la fesse droite ;
  • Le cadavre retourné : On note une éventration au niveau de la fosse iliaque droite. A noter de multiples orifices provoqués par une arme blanche (une dizaine à première vue). A noter également un égorgement double (deux coupures très importantes) qui n'atteignent pas les gros vaisseaux du cou.

La rigidité du cadavre est complète (le corps en entier). Les lividités sont ventrales. Les yeux sont clairs et les pupilles en mydriase bilatérale. Le décès remonte à plus de six heures.

Fait à St-Cézaire le 20 juillet 1991.
Signé : Docteur G. Page

Etabli en 6 exemplaires de 2 pages à :
Monsieur Montfort ; Monsieur Cenci ;
Au docteur Ménard ; Au docteur Macario ; Au docteur Page.

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À Voir Également

Violation de domicile et violation du secret de l'instruction

Pour avoir lu en son temps Paris-match ; vous savez "le poids des mots, le choc des photos", un passionné de l'affaire Omar Raddad m'a posé dernièrement une question sur les possibilités d'accès au sous-sol, autrement appelé "cave". Je lui ai promis de mettre mon explication en ligne.  

Lire la suite

Les fourberies de Omar Raddad

Vous qui suivez cette affaire depuis 26 ans avez toujours en mémoire les rebondissements ourdis par la Défense de Omar Raddad (Cf. Chapitres VII & VIII de mon livre) qui s'est déconsidérée en s'associant avec des arsouilles. Tous ont fait le buzz médiatique avant de sombrer dans le ridicule ...qui ne tue plus depuis longtemps et l'autorité judiciaire les classait sans suite. Parmi ces balivernes grotesques une aura défrayé la chronique car elle était de taille : Omar Raddad a été entendu par les gendarmes sans interprète.  

Lire la suite