Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Naranjo et le sosie

4584 lectures

Bernard Naranjo qui, comme Roger-Marc Moreau exploite les bons filons des affaires médiatisées fait à nouveau du vent.
Étant provençal donc habitué à mon cher Mistral, cela ne me tourmente pas mais je pense à ceux, et ils sont nombreux, qui ont dû s’exclamer : « Je savais bien qu'il y avait encore des pistes qui n'avaient pas été exploitées ! Ces gendarmes, ces juges sont bien des incapables bornés qui se sont contentés d'un coupable de substitution en la personne de Omar Raddad. »

Le vent et Naranjo c'est une vieille histoire d'amour.
Dans ce dossier, au service d'un avocat niçois, il était déjà intervenu à plusieurs reprises. Le couteau rouillé présenté comme l'arme du crime, trouvé dans le port de Cannes, c'était l’œuvre de Naranjo ; le deuxième Omar avec la complicité de Christian Vellard qui s'était autoproclamé « la pipelette » à la barre de la cour d'assises, c'était aussi Naranjo.
La série continuait en novembre 2010 avec le sosie de Omar. C'était l'information reprise par les médias toujours aussi friands d'information de ce genre (cf.Le Point, L'Express, Le Parisien etc.) ; le feuilleton se poursuivant par la demande d'inscription au Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques des traces ADN retrouvées sur les lieux du crime.

D'après lui, il resterait des zones d'ombre dans ce dossier qui n'ont jamais été explorées, en particulier l'existence d'un homme ressemblant à s'y méprendre à Omar Raddad et qui serait "une relation d'une personne proche de Ghislaine Marchal". Il ajoutait qu'il avait fait la promesse au père d'Omar Raddad de continuer le dossier jusqu'à ce qu'on trouve le vrai coupable, et qu'il s'y tenait, expliquant ainsi pourquoi il poursuivait à titre gracieux l'enquête (cf. Le Point).

Oh le brave homme, serviable et désintéressé qui plus est ! Il aurait dû cependant demander le prix fort cela lui aurait permis d'éviter redressement et liquidation judiciaires de sa société en 2011.
C'est sa nature Naranjo c'est un philanthrope !

C'est le Parquet de Grasse qui était saisi de ce fait nouveau, photographies du sosie à l'appui remises par l'altruiste Naranjo. Toujours selon l'article du Point, des vérifications étaient en cours et les résultats devaient intervenir début décembre. Quelle que soit l'issue des investigations confiées à la section de recherches de la gendarmerie de Marseille, il est un homme qui n'appréciait pas : Omar Raddad. Devinez pourquoi !

Sosie_Omar_Raddad.jpg

(photomontage)

Encore un sosie ! Nous en avions eu un en Grande-Bretagne ; qui avait fait long feu !
L'incohérence des articles sur la réaction de l'avocate de Raddad était évidente. Qui croire ? L'Express qui écrivait :

« L'avocat de Naranjo aurait montré les photos de ce sosie à l'avocate de Raddad qui aurait réagi : fine moustache, cheveux noirs, visage angulaire, la ressemblance saute aux yeux. "Tant mieux" réagit Sylvie Noachovitch. Imaginons que ce soit vrai, ce serait formidable pour Omar Raddad. Mais moi, j’émets les plus extrêmes réserves. En effet, il faut se méfier des sosies » ;

...ou Le Parisien dans son articulet du 15 novembre 2011 :

« J'ai reçu de la part de ce monsieur un fax avec une photo illisible. On ne peut pas accuser les gens de cette façon, c'est très léger. Car même si ces nouveaux éléments renforcent la thèse de l'innocence d'Omar Raddad, ils interfèrent, selon Me Noachovitch, dans le travail de la défense, qui suit une autre piste ».

Qu'en est-il à ce jour des vérifications par la section de recherches de la gendarmerie de Marseille ?
Nous sommes en février, le Parquet de Grasse, à ma connaissance, n'a pas communiqué et « Marrant-Jo » ne s'est pas manifesté.
Personnellement je prends d'ores et déjà l'option du classement sans suite ; comme l'ont été tous les rebondissements bidons et coupables de substitution qui se sont succédés depuis le début de cette affaire, qui s'ajoutent à ceux énoncés supra et qu'il n'est pas inutile de rappeler :

  • la prétendue manipulation des jurés par les magistrats de la Cour d'assises selon un article de Vsd ;
  • l'arme du crime de Vergés et de son témoin surprise, Patricia Goodland, veuve Clark venue des antipodes la présenter à la presse : un tournevis ! ;
  • les révélations tardives d'un ancien détenu à Clairvaux – Mohamed Moumen – selon l’œuvre de Naranjo ;
  • la piste Alain Villas Boas toujours d'après une idée originale de Naranjo ;
  • la mise en cause de Liliane Receveau, la femme de service de Ghislaine Marchal selon les insinuations de Roger-Marc Moreau et Naranjo ;
  • la mise en cause de Christian Veilleux, le fils de Ghislaine Marchal, toujours selon les perfidies de Roger-Marc Moreau ;
  • la mise en cause selon le colportage de l'enquêteur Roger-Marc Moreau de Pablo Cortès-Matéos ;
  • la prétendue erreur sur la boulangerie par l'omniscient Naranjo ;
  • les accusations tardives de Mimoun Barkani, oncle de Raddad et ancien majordome de Ghislaine Marchal, à l’encontre de Christian Veilleux.
Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Emerr71 Emerr71 ·  17 mars 2012, 13:05

Omar RADDAD et son sosie.
La photo de droite, présentée comme étant celle du sosie de Raddad, est un leurre. Ce n'est que la reproduction en miroir (retournement horizontal) et noir et blanc de la photo de gauche en couleur. Mais tout est bon pour innocenter un vrai coupable ! Plus c'est gros, mieux cela marche auprès du grand public qui ne demande que cela. Idem les médias qui se régalent (financièrement) de ces faux scoops. Les criminels peuvent dormir du sommeil du juste. Il se trouvera toujours un avocat médiatique, un comité de soutien, un "écrivain" en mal de lecteurs ou un scénariste flairant la bonne affaire pour faire d'un coupable avéré un innocent victime d'une monstrueuse erreur judiciaire. La triste affaire d'Outreau dans laquelle la Justice s'est pour le moins fourvoyée donnera bonne conscience à tous ceux dont l'objectif avoué ou non est de jeter l'opprobre sur elle. Bien évidemment que notre Justice n'est pas parfaite, puisqu'elle est rendue par des hommes. Mais dans le cas de Raddad, aucun doute n'est possible. Et contrairement à ce que disait Me Vergès, mais fallait-il attendre autre chose de sa part, ce n'est pas un maghrébin qui a été condamné, mais un assassin !

mimie mimie ·  18 mars 2012, 19:37

Tout à fait d'accord avec vous Emerr71 en ce qui concerne la photo, j'avais déjà remarqué que c'était la même personne ; ou alors c'est vraiment le sosie parfait... S'ils espèrent nous faire avaler cela c'est vraiment nous prendre pour des imbéciles...

Georges Cenci Georges Cenci ·  19 mars 2012, 14:09

@Emerr71 : Je vous remercie de la pertinence et de la qualité de vos deux commentaires. Une précision quant à votre remarque sur les photos illustrant le billet sur le sosie by Naranjo. Il s'agit bien évidemment d'une photo montage qui dans notre esprit signifie que le sosie de Raddad c'est... Raddad. Mon webmaster pour éviter toute interprétation va y remédier. Cordialement.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

L'ironie et le sarcasme révèlent le vide de l'ignorance !

Le pseudo "s0hff" a posté le 21 septembre 2021 le commentaire suivant suite à mon billet intitulé : '' Entre délires obsessionnels et charlatanisme''.  

Lire la suite

L’AFFAIRE OMAR M’A TUER ; Du procès judiciaire au procès médiatique

Émilie Valmier-Rocheblave a soutenu un mémoire en Master 2 communication juridique, sociologie du droit et de la justice sur l'affaire du meurtre de Ghislaine Marchal. Volontairement, la soutenante ne débat pas sur la culpabilité ou l'innocence de Omar Raddad mais se concentre exclusivement sur les aspects médiatiques de cette affaire. Je tenais à la féliciter pour l'excellence de son analyse qui lui a valu la note de 15/20.  

Lire la suite