Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Chapitre VIII, extrait n°28

2435 lectures

La demande en révision

(...suite)
Dans sa requête, Me Vergès met en avant les investigations du détective Moreau. Les magistrats qui vont prendre connaissance de ce travail de désinformation ne seront pas dupes que ces faits présentés comme nouveaux ne sont en réalité que des boniments malveillants et incohérents.

Les éléments présentés par Moreau n’ont aucune valeur juridique, car il n’a fait qu’exploiter la rumeur et la crédulité des gens. Ses documents sont édifiants. Tout n’est que manipulation et médisance, montage grossier d’auditions non authentifiées, en totale contradiction avec les déclarations que ces mêmes témoins ont confiées aux officiers de police judiciaire. Malgré ses efforts pour faire coller ses investigations à la thèse indéfendable de son employeur, Moreau n’est pas crédible. Et dire qu’il aspirait à devenir magistrat !

manipop.jpg

Moreau, Naranjo et leurs mandants ont tenté de vous induire en erreur avec leurs scoops sur le deuxième Omar, Vilas-Boas, Patricia Clark. Ces informations fantaisistes ayant sombré dans les profondeurs du ridicule, il fallait bien mettre en avant une nouvelle idée-force pour relancer le débat. C’est là, à bout d’arguments, que la démarche est indigne. Odieuse mise en cause de Liliane Receveau, abjecte accusation contre Christian Veilleux.

(...)

Il restait alors à accuser Christian Veilleux d’avoir tué ou commandité le meurtre de sa mère. Moreau et ses clients ne reculent devant rien. Tout cela me semble bien affligeant et échappe à ma morale. Les procédés employés donnent encore plus de force aux arguments que j’ai développés dans le cadre de mes investigations et honorent les magistrats et les jurés qui se sont prononcés en leur honneur et conscience. Il est scandaleux de salir ainsi, sans la moindre preuve, un fils, une famille. Toutes les allégations sont aussi futiles que dépourvues de tout fondement. J’ai pu me rendre compte, lors de mes entretiens avec lui, combien Christian Veilleux adorait sa mère. Ses relations devaient être empreintes de respect, d’affection et d’amour. Comment ne pas être meurtri par ces accusations répugnantes ? Christian Veilleux qui ne demandait pas la vengeance mais seulement que justice soit rendue, comment à présent ne connaît-il pas la haine ?

(à suivre...)

© Editions l’Harmattan

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

coupable.jpg

Chapitre XI, extrait n°35

Manipulations d'opinions ; toujours ! (...la suite) Après onze ans de mensonges, de calomnies en tout genre et de complaisance médiatique, le 20 novembre 2002, les juges de la Cour de cassation rejettent la demande en révision.

Lire la suite

ORmensonge.gif

Chapitre XI, extrait n°34

Manipulations d'opinions ; toujours ! (...la suite) Quelle vérité s’imposera après tant d’élucubrations en tout genre et de contrevérités anarchiques constituées au fil des ans, pendant l’enquête et l’information judiciaire ; avant, pendant et après le procès ; pendant et après le pourvoi en cassation et son rejet ; avant et pendant le pourvoi en révision, par : les conférences publiques et de presse, tenues par les comités de soutien, local et national ; les innombrables articles de presse ; les émissions radiophoniques et télévisées à sensation ; les publications de livres par l’un des avocats du condamné, des journalistes, experts ou prétendus tels en écriture … ?

Lire la suite