Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Jean-Paul Renard ; quand les qualités humaines effacent la faute

5105 lectures

Jean-Paul Renard, un des trois juges qui a instruit le meurtre de Ghislaine Marchal est toujours présent dans ma mémoire. Il y restera.

Je n'avais pas l'intention de m'exprimer sur ce magistrat mais, tout à fait fortuitement et sur un site Web dont je préfère taire le nom, j'ai lu avec effarement des commentaires les plus fielleux, méprisants et outrageants qui le visaient. Je ne pouvais pas laisser ce ramassis de lâches anonymes sécréter ainsi leur haine, raison pour laquelle je me permets de révéler mon ressenti envers cet homme qui ne mérite pas cette exécration.

ji.jpg

Lorsque l'on évoque encore aujourd'hui le juge Renard, je manifeste à mon interlocuteur, quel qu'il soit et peu m'importe qui il (ou elle) est, les profonds sentiments d'amitié et de respect que je lui porte.

Ma carrière dans la gendarmerie m'a fait côtoyer Monsieur Jean-Paul Renard, le substitut de Nice à qui je me confiais, moi le petit chef de brigade qui avais besoin des conseils du juriste ou qui sollicitais ses instructions ; puis le juge d'instruction de Grasse dont j'attendais parfois qu'il fut de permanence pour déposer le dossier au Parquet afin qu'il soit saisi tant il était agréable de travailler avec lui. Je n'étais pas le seul croyez bien à avoir pratiqué ainsi et je ne serais pas surpris que de nombreux officiers de police judiciaire inscrivent cette démarche dans la continuité !

Ce magistrat – bien évidemment j'en ai connu beaucoup d'autres dans toutes les juridictions où j'ai travaillé, aussi brillants, prestigieux et à l'écoute que l'était Jean-Paul Renard – je le citais, je le cite toujours en exemple car j'avais apprécié durant ces années d'activité, le juriste dont le discernement, le savoir, le sens de la mesure et la culture judiciaire étaient sans pareil mais aussi l'Homme profondément respectueux des autres, humain, apprécié par tous ceux qui l'approchaient.

Il n'est pas dans mon intention de critiquer la décision de ses pairs mais, lorsque j'ai appris la terrible sanction qui le frappait, j'étais consterné par sa portée au plan professionnel et ses conséquences au plan humain. La mise à la retraite anticipée n'est pas une décision symbolique loin de là, elle est maximale dans l'échelle des sanctions.

Cette sanction – pour avoir consulté le casier judiciaire au profit de sa loge maçonnique – a peiné ses amis et ceux qui ont œuvré avec lui car je sais l'estime que tous lui témoignaient ; qu'ils soient magistrats, greffiers, personnels administratifs, policiers et gendarmes.

Comment ne pas être troublé lorsque l'on compare les qualités professionnelles de Jean-Paul Renard décrit alors par ses pairs et sa hiérarchie comme un magistrat dont la compétence était incontestable et reconnue par tous, et celles supposées par exemple du juge Lambert qui s'était illustré et de quelle manière dans l'affaire de l'assassinat du petit Grégory ''(cf. l'ouvrage du colonel Sesmat "les deux affaires Grégory" et le billet de Philippe Bilger dont je vous recommande la lecture). Ce magistrat qui n'a pas fait repentance de ses insuffisances a depuis été promu et il est toujours magistrat !

J'ai tant connu d'incompétents, de prétentieux personnages dans ma vie professionnelle et dans toutes les strates de la société civile et militaire, que la sanction de ses juges a dû surprendre tous ceux qui l'apprécient et ils sont nombreux. Tous ces gens-là, même les plus anonymes, lui resteront fidèles.

Je sais qu'elle a été sa détresse. Aujourd'hui il s'est reconstruit loin des feux de l'actualité. La faute commise ne s'efface-t-elle devant les qualités de l'Homme !

J'émets le souhait que ceux qui ont connu Jean-Paul Renard, le magistrat ou l'Homme, expriment leurs sentiments, leurs ressentis ou émettent leurs critiques. D'avance je les remercie.

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

hassan 2 hassan 2 ·  09 octobre 2011, 00:18

Le juge renard,un maçon pas très franc?
Justice de voyous et du n'importe quoi.Le juge Burgaud (affaire outreau) est un exemple emblématique!
Pauvre justice aux mains de gens très dangereux ceux du tgi de paris le royaume des copains et coquins.Et infiltrés par la franc maconnerie.Soyer Maçon et vous serez acquittés,si vous êtes un simple citoyen vous serez condamnés.
Le juge renard à été pris la main dans le sac sinon tout le monde est au courant depuis toujours,mais c'est difficile à démontrer.
Goupil,tel est pris qu'y croyait surprendre!!!

Le juge Renard,sacrifié pour la nécessité du terrier?
Il faut analyser objectivement le cas Renard car beaucoup savent qu'il n'est que l'arbre qui cache la forêt.Ce que les gens savent moins,c'est qu'il s'agit là d'une guerre fratricide entre le grand orient de France,obédience marquée à gauche et à l'origine de nombreuses magouilles parisiennes,et la grande loge nationale Française,plus marquée à droite.Nice et Paris,c'est donc la même chose sauf sur le casting.
Et si le jardinier aurai été Maçon???
?

Georges Cenci Georges Cenci ·  10 octobre 2011, 10:03

@hassan 2 :
Je suis ingénu en matière de francs maçons et de leur prétendue influence. Cependant je ne vois pas le rapport entre la franc maçonnerie et la condamnation de Raddad. Ou alors vous insinuez que tous ceux, y compris les jurés populaires, qui se sont prononcés sur la culpabilité de ce meurtrier sont des francs maçons ! Je vous rappelle que le juge Renard - et peu m'importe qu'il fût maçon, de gauche ou de droite - a été chargé, avec deux autres juges d'instruction, de l'information judiciaire et vous savez qu'un magistrat instructeur ne peut participer au jugement de l'affaire qu'il a instruite. Le juge Renard ne peut donc avoir eu une influence sur le verdict de condamnation de la cour d'assises des Alpes-Maritimes... et des autres hautes juridictions française et européenne ?
Et si Raddad avait été franc maçon, il aurait été condamné à 18 ans de réclusion criminelle. Mais il n'était pas que jardinier, il bricolait aussi dans la maçonnerie.
Cordialement

YVES YVES ·  30 avril 2012, 01:17

Le Juge Renard est en effet un homme rare, discret, magnifique.... Dommage pour la justice de perdre un homme de cette qualité...... Et dommage pour la justice de garder un homme (procureur) inutile de préciser le nom du "procureur", se prétendant chevalier blanc, jouant avec la presse et se servant de cette même presse pour détruire un homme comme le juge Renard..... Quelles tristesse et bassesse d'esprit de la part de ce "procureur" très probablement jaloux d'une certaine manière....

Georges Cenci Georges Cenci ·  04 mai 2012, 21:31

@YVES : Je ne sais pas dans quelles circonstances vous avez connu Jean-Paul Renard. Mais, que ce soit dans le cadre de vos activités professionnelles ou en toute autre occurrence, je rejoints votre opinion sur les qualités humaines et professionnelles de ce magistrat. Je vous invite dans la rubrique « actualités » à lire l'article sur '' les dérives médiatiques racontées par un ancien du Figaro '' et ma note de lecture où j'évoque le narcissique et médiatique procureur que vous ne citez pas : Éric de Montgolfier.

Bien à vous

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

Bonne Année 2017 !

Encore une année qui s'achève et une autre qui s'ouvre à nous. A cette occasion, je vous prie d'agréer l'expression de mes vœux les plus chaleureux pour 2017.

Lire la suite

udf.jpg

Faux, usage de faux et balivernes !

Depuis quelques jours, le blog est devenu une vitrine pour quelques névrosés anonymes qui le prennent pour une tribune où ils allaient pouvoir, sans fin, ergoter et élucubrer sur l'heure de la mort de Mme Marchal. Ces originaux postent des commentaires quelques peu acrimonieux à mon égard. Là n'est pas le problème, j'y suis habitué. Cela m'indiffère.

Lire la suite