Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les empreintes génétiques non exploitables

7680 lectures

Le 29 juin 2011, le parquet de Grasse, saisi de l'affaire Omar Raddad, indiquait qu'il n'était pas en mesure d'établir un profil génétique à partir des traces d'ADN retrouvées mélangées au sang de Ghislaine Marchal en 1991.

"On nous a demandé d'extraire du matériel génétique pour établir un profil génétique. Ce qui n'a pas été possible puisque les prélèvements avaient déjà été utilisés dans le cadre de la procédure" précisait le Parquet. Les experts n'ont pas été en mesure d'établir un profil génétique à partir des traces ADN retrouvées mélangées au sang de Ghislaine Marchal en 1991." (sources : 20minutes.fr, le Point, l'Express, Nice-Matin, le Figaro)

Nous assistons quelques heures après à une bagarre de communiqués entre un avocat toulonnais, Me Didier Hollet, qui prétend que le Parquet de Grasse a rendu la décision ci-dessus et l'avocate people de Raddad qui dans un communiqué déclare :

"Je dénonce les informations et propos que j'aurais pu tenir qui ont été diffusés par plusieurs sites de presse (L'Express et le Figaro notamment) selon lesquelles la comparaison ADN dans l'affaire Omar Raddad aurait été effectuée. La Chancellerie et le Parquet m'ont confirmé ce jour que le laboratoire n'a pas encore procédé à cette comparaison. Monsieur le Procureur adjoint de Grasse a simplement indiqué, qu'à son sens, il n'y avait pas assez de matière dans celles prélevées en 2000 pour obtenir un résultat exploitable. Je tiens à préciser que lorsque le laboratoire aura procédé à cette analyse et si ce dernier constate qu'il n'y a effectivement pas assez de matière, il faudra alors procéder à un nouveau prélèvement sur les deux portes de la chaufferie et dans la cave ainsi que sur le chevron. Compte tenu des méthodes actuelles utilisées, les résultats seront ainsi optimisés. Par ailleurs, je tiens à préciser que le dossier possède d'ores et déjà les résultats de l'époque qui sont exploitables pour faire ces comparaisons. Je vous tiendrai bien sûr informé des résultats dès que j'en aurai connaissance.
Bien à vous Sylvie NOACHOVITCH." (Souce : l'Express)

adn.jpg

Voici ce que j'avais écrit il y a quelques années sur ces fameuses empreintes génétiques : extrait de mon ouvrage "Omar l'a tuée – vérité et manipulations d'opinions" :

"...Ces expertises ne nous apprennent rien de plus, si ce n’est qu’elles démontrent que les ADN masculins, différents les uns des autres et qui ne peuvent être codifiés, sont probablement des ADN de contamination. Rien ne prouve qu’ils étaient présents au moment du meurtre.
Ces expertises biologiques ordonnées neuf ans après les faits alors qu’elles avaient été réalisées en son temps ne pouvaient pas donner des résultats probants. Quand on sait que les prélèvements adressés aux laboratoires doivent être réalisés dans les meilleures conditions d’asepsie possibles, le résultat de l’analyse étant avant tout conditionné par la stricte observation de règles de prélèvement et de conditionnement drastiques ; ce qui n’était plus le cas pour ces scellés".

La logique ne commande-t-elle pas de penser que si ces ADN avaient pu être codifiés en 2001 lors de l'expertise ordonnée par la commission de révision de la Cour de Cassation une simple ordonnance suffisait pour que ces profils génétiques soient inscrits au FNAEG et comparés avec les autres profils codifiés. Pourquoi cela n'aura pas été fait ? Tout simplement car ils n'ont pu être codifiés. Etait-il alors nécessaire d'engager la procédure confiée au Parquet de Grasse même si son utilité pratique était quasiment nulle ! Oui car dans les enquêtes on aime bien fermer "les portes" - que j'estime depuis longtemps fermées - et aller jusqu'au bout des recherches.

La Défense multiforme, nouvellement embarquée dans ce dossier ou précédemment débarquée mais toujours avide de publicité, va-t-elle songer à réclamer un referendum national, européen ou mondial après avoir épuisé toutes les autres voies de recours ? Ou aussi une journée de défilés de protestations contre les défaillances de l'ADN ? Qui sait ?
Moreau et Naranjo vont devoir se remettre à la tâche !

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

AD.jpg, sept. 2020

Hommage au président Armand DJIAN.

Ce grand magistrat, cet homme extraordinaire, honnête, érudit, épris de justice et respectueux des gens. Cet homme à la fois modeste et admirable nous a quittés le 2 septembre 2020.  

Lire la suite

La thèse indécente et obscène de Maître Vergès

Commentaire reçu le 24 août 2020 par Yann Maillard et qui mérite un article circonstancié en réponse.  

Lire la suite