Omar l'a tuée

Vérité et manipulations d'opinions. Enfin une information contradictoire sur l'affaire Omar Raddad.
«En 1894 on condamnait un jeune officier parce qu’il avait le seul tort d'être juif ; en 1994 on condamnait un jeune jardinier qui avait lâchement tué une femme âgée sans défense. En 1906 Alfred DREYFUS fut réhabilité alors que Omar RADDAD est un condamné définitif. Un était innocent, l'autre est coupable ». - Georges Cenci

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le capitaine Georges Cenci

8777 lectures

Georges CenciRespectant ses obligations de réserve le Capitaine CENCI qui a dirigé cette enquête ne s'est jamais exprimé et a voulu rappeler tout simplement que la recherche de la vérité ne s'inscrit pas dans une démarche stratégique.

Gendarme depuis 1969, le Capitaine Georges CENCI a effectué toute sa carrière en gendarmerie départementale dans diverses unités territoriales de la Saône-et-Loire, des Alpes-de-Haute-Provence et des Alpes-Maritimes où il commanda successivement la brigade de St-Dalmas-de-Tende, les brigades de recherches de Menton et Cannes.
Georges_2.jpgNommé Officier, sa carrière se poursuivit comme commandant en second des sections de recherches de Lyon et de Nîmes. Délégué du procureur de la République d'Avignon, il est titulaire de la Médaille Militaire et Chevalier de l'Ordre national du Mérite.

Georges Cenci

Administrateur : Georges Cenci

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

lanamer lanamer ·  28 novembre 2012, 16:01

Que vous ayez la médaille militaire, que vous soyez honoré de l'ordre national du mérite, tout cela ne suffira pas à faire croire en une enquête correctement menée et vous le savez , vous qui avez besoin de vous justifier à travers un livre. Bien sûr, nous n'avons pas eu accès à toutes les pièces de ce terrible dossier mais nul n'est besoin d'être de la partie pour s'étonner qu'en matière d'homicide un corps soit si rapidement incinéré (plus surprenant encore quand la famille comporte en son sein un bâtonnier!!); qu'une pellicule est été brûlée, qu'une faute de frappe ait été avancée, que l'on ai absolument voulu ignorer la vie privée de la victime, que l'on s'est refusé à chercher à qui profitait le crime. Non, nous ne voulons pas jouer les détectives de comptoir mais vous auriez été beaucoup plus efficace en répondant dans un livre point par point à toutes ces interrogations très
simples: " Nous avons voulu incinérer rapidement le corps parce-que etc...nous avons décidé de ne pas verser la pellicule au dossier parce-que etc..".Vous auriez, je vous l'assure, Monsieur, gagner en crédibilité. S'il c'était agi de ma maman, croyez sincèrement que son corps aurait été conservé jusqu'à ce que tout doute possible eut été levé. Ne m'objectez pas qu'en quelques jours cela était le cas, le fiasco qui s'en est suivi vous donnerait tort.

Mam's Mam's ·  21 octobre 2014, 15:07

Arrêtez avec vos commentaires à deux balles ! Laissez tranquille ces enquêteurs ! Oui ils ont peut-être commis des fautes dans leur enquête mais ils l'ont menée du début à la fin avec une réelle envie de trouver le coupable. Trouver le coupable pour rendre à cette victime un hommage réel. Oui, elle aussi a le droit d'être respectée! Elle est décédée dans une grande souffance en agonisant ! Elle s'est faite agresser et elle est morte assassinée par un homme violent en manque d'argent ! Dans cette horrible histoire les enquêteurs ne sont pas fautifs ! Ils ont fait leur travail, ont recueilli des preuves irréfutables, ont cherché un coupable par les preuves trouvées dans cette cave. C'est la justice française qui a jugé que O Raddad est le meurtrier et un réel coupable! Il y a de nombreuses preuves qui le montrent dans le dossier des enquêteurs ! Les différents alibis que donne M. Raddad ont été vérifiés ! Et il s'est avéré que O. Raddad a dit n'importe quoi ! Tous les gens qui l'ont soit-disant vu on dit le contraire, tous les endroits soit-disant fréquentés n'ont pas été fréquentés pas Omar Raddad ce jour-là ! Oui il y a sûrement des fautes dans ce dossier mais quel dossier n'en comporte pas ? Arrêtez de jeter la pierre sur ces enquêteurs ! Arrêtez de vous fier aux propos des journalistes qui veulent vous faire croire que Omar n'est pas l'assassin et que c'est une injustice ! Quel serait leur intérêt ? De trouver un coupable pour en trouver un ? Combien d'affaires n'ont pas de coupable à l'heure actuelle ? Des milliers ! Ce n'est pas un drame pour autant ! Si les gendarmes n'avaient pas eu autant de preuves et d'éléments accablants Omar Raddad ils ne l'auraient pas présenté à la justice ! Ces enquêteurs on fait leur travail ! Ils ont trouvé un coupable avec de multiples preuves et les journalistes et avocats de la défense ont fait eux aussi de nombreuses fautes ! On en parle de ça ? Non parce que les journalistes vous ont retourné le cerveau ! Bravo à vous !

Mais arrêtez tous vos propos irrespectueux pour ces gendarmes qui ne font que leur travail sous ordre de l'Etat ! La justice est, elle seule, la maîtresse de ces actes. Elle rend coupable ou non un suspect ! Pour Omar RADDAD, la justice l'a rendu coupable d'un crime qu'il a commis ! La grâce qu'il a reçue est politique. Vous ne saurez jamais ce qu'il s'est passé pour que Omar soit libéré ! Aujourd'hui pourquoi est-il toujours considéré comme coupable ? Pourquoi une demi grâce présidentielle ? Pourquoi Omar n'arrive pas à être innocent ? Parce qu'il ne l'est pas et ne le sera jamais! Réfléchissez un peu à tout cela au lieu de vous en prendre aux gendarmes de cette affaire! Eux aussi sont sûrement affectés par ces propos à leur égard ! Arrêtez de poser des questions qui ont été réfutées et répondues il y a déjà bien longtemps ! Renseignez-vous avant de parler pour ne rien dire !

Georges Cenci Georges Cenci ·  24 octobre 2014, 10:55

@Mam's :

Bonjour

Votre réponse s'adresse à une certaine Lanamer ; qui vous répondra sans doute. C'est une personne qui base son raisonnement sur un livre des plus opportuniste écrit pour préparer la demande en révision. Les fadaises et autres billevesées qu'elle défend vous les retrouvez dans le documentaire de Saad Salman auquel sa journaliste fétiche a participé. Bonnet blanc et blanc bonnet !
On sait ce qu'il est advenu de la demande en révision.
Vous énoncez, entre autres, deux vérités sur cette personne ; je vous cite : « Les journalistes vous ont retourné le cerveau et renseignez-vous avant de parler pour ne rien dire. » Je suis en parfaite synergie avec vous.
Et ce n'est pas ce mail qui lui mettra de l'ordre dans ses neurones ! Un ami me disait après avoir lu une de ses proses qui lui était destinée que répondre à ses arguments serait s'épuiser. Cette personne ne cherche, comme tant d'autres qu'à magnifier les zones d'ombre.
Il ne faut pas répondre, ça les étouffe, disait le grand Aristide Briand.
Un conseil, laissez ce personnage à ses élucubrations sinon vous perdrez votre temps !
Très cordialement.

elsanthi elsanthi ·  18 novembre 2014, 16:25

et le secret professionnel ? et de l'instruction ? Publier UNE PARTIE des pièces d'un dossier m'étonne !!!

Georges Cenci Georges Cenci ·  20 novembre 2014, 08:34

@elsanthi : Monsieur.
L'article 11 du code de procédure pénale édicte notamment que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète et que toute personne qui concourt à cette procédure est tenue au secret professionnel dans les conditions et sous les peines des articles 226-13 et 226-14 du code pénal.
Ayant concouru à l'enquête et à l'instruction en ma qualité d'officier de police judiciaire j'ai scrupuleusement respecté le secret professionnel et de l'instruction.
Croyez bien que si je n'avais pas respecté ces obligations j'aurais fait l'objet, à juste titre, de poursuites judiciaires.
Et, me direz-vous qu'en est-il des avocats ? Ceux-ci concourent également à la procédure et selon le décret 91-1197 du 27 novembre 1991 ils ne doivent commettre aucune divulgation contrevenant au secret professionnel et doivent notamment, en matière pénale, respecter le secret de l'instruction en s'abstenant de communiquer, sauf à son client pour les besoins de la défense, des renseignements extraits du dossier ou de publier des documents, pièces ou lettres intéressant une information en cours.
Pensez-vous, cher Monsieur, que les avocats de Omar Raddad qui sont intervenus à la procédure avant jugement ont respecté les devoirs de leur fonction et se soient pliés à leurs obligations ? Non !
Ont-ils fait l'objet de poursuites pour leurs révélations à la presse écrite et audiovisuelle ? Non !
Je comprends votre étonnement de trouver en ligne sur ce site des photographies et des pièces de procédure. Si le secret s'impose à l'enquête et à l'instruction il n'a plus à être respecté lorsque toutes les voies de recours sont épuisées et que la condamnation est devenue définitive et a autorité de la chose jugée.
C'est ainsi que j'ai publié mon ouvrage après mon admission à la retraite et que j'ai créé ce site d'information avec la publication de certaines pièces de procédure.
Mais, depuis fort longtemps le secret de l'instruction est un secret de Polichinelle !
Bien à vous.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À Voir Également

L'AFFAIRE DUPONT DE LIGONNES : la secte et l'assassin

Guy Hugnet, journaliste spécialisé dans les enquêtes scientifiques et les affaires criminelles, collabore au Point et à Sciences et Avenir. Il est l'auteur de plusieurs livres, dont psychotropes : l'enquête et Affaire Raddad : le vrai coupable (l'Archipel, 2011 et 2015)  

Lire la suite

tronfig.jpg

TRON/RADDAD : les méthodes ambiguës de la Défense

Les médias qui couvrent le procès devant la cour d'assises de Seine-Saint-Denis de Georges Tron et Brigitte Gruel pour viols et agressions sexuelles sur deux plaignantes rendaient compte à leurs lecteurs que le président de ladite cour considérant que la sérénité des débats n'étant plus assurée et ayant été mis en cause sur twitter renvoyait le dossier à une session ultérieure. Que s'est-il donc passé ? Pour quelles raisons la cour d'assises aura cédé aux demandes de renvoi de la défense ? C'est assez rare pour être souligné.  

Lire la suite